Tomas Filippi vise une deuxième coupe

L'ancien des Remparts roule sa bosse dans la KHL depuis deux ans.

HOCKEY. À Magnitogorsk, dans la KHL, un ancien des Remparts roule sa bosse depuis maintenant 2 ans. Fort d’une Coupe Gagarine, en 2016, Tomas Filippi souhaite en gagner une deuxième. Il a d’ailleurs passé bien proche de réussir l’exploit, l’an dernier, lorsque le Metallurg a accédé à la finale pour une deuxième de suite.

Par Alexandre Pouliot-Roberge

Publicité

«Nous voulons tous retourner en finale. C’est notre but. Cela dit, il faut commencer par se tailler une place en séries éliminatoires. C’est notre priorité. Après cela, tout est possible.»

Tomas Filippi lors de son passage à Moscou.

Malheureusement pour Filippi, lors de la finale de 2017, le SKA a eu le dessus sur le Metallurg en cinq matchs. Ce résultat décevant demeure toutefois un exploit. L’an passé Magnitogorsk a commencé la saison avec plusieurs défaites. Cette année, encore, le club se bat pour rester dans la zone donnant accès aux séries éliminatoires. Certains croient que les belles années du Metallurg sont passées. Tomas n’est toutefois pas du même avis.

«Je crois que nous allons nous replacer. L’an dernier, en début de saison, la situation était bien pire. Nous avions presque les mêmes joueurs que lors de notre victoire de 2016. Cela ne nous a pas empêchés de nous retrouver en finale en 2017.»

Le club a toutefois perdu plusieurs joueurs clés cette année. Son général à la ligue bleue, Chris Lee, a signé un contrat d’essai avec les Kings de Los Angeles en août dernier. Un des meilleurs joueurs de l’équipe, Danis Zaripov, a été suspendu pour une affaire de dopage. La direction de l’équipe a bien trouvé des joueurs pour les remplacer, mais cela ne calme pas les sceptiques. Du côté de Filippi, on garde toujours la tête froide.

«On s’ennuie de Chris et de Denis, mais nous sommes capables de gagner sans eux. Notre lent début de saison n’est pas lié à leur départ. Nous jouons mieux en ce moment qu’à pareille date l’an dernier. Nous sommes donc aptes à rebondir malgré leur absence.»

Tomas Filippi affronte le Dinamo de Moscou au VTB Arena.

Un rêve olympique réalisable

À Moscou, en mai 2016, Tomas Fillipi a participé à ses premiers Championnats mondiaux de hockey sur glace. En huit joutes, il n’a pas obtenu de point lors de cette compétition. L’an dernier, le Tchèque a pris congé des Mondiaux de Paris. Est-ce que l’ancien de Remparts participera aux prochains Jeux olympiques? Le principal intéressé ne cache pas son désir d’être de la fête.

« J’aimerais bien être à Pyeongchang, mais je dois d’abord m’assurer d’être sélectionné. Cela ne m’est toujours pas assuré. C’est à moi de faire mes preuves. Je dois continuer à bien jouer et j’aurai peut-être ma chance. Si je réussis, je vais tout donner pour l’équipe nationale. »

Avec les joueurs de la LNH exclus de la compétition, les chances de Filippi sont bonnes. Comme tous les joueurs de la Ligue continentale de hockey, il fait partie de l’élite du hockey outremer. Ce n’est toutefois pas la seule raison pour laquelle Tomas veut rester dans le circuit eurasien. Avec les années, l’ancien des Remparts s’est attaché à sa ville d’adoption.

« J’aime Magnitogorsk et je veux continuer à jouer ici. Je ne veux pas changer de club, en fait, je ne veux rien changer à ma carrière pour l’instant. »

Le contrat de Tomas avec le Metallurg se termine en 2018 et il est certainement sur la bonne voie pour en signer un nouveau. En 12 joutes, le Tchèque a déjà marqué 3 buts et il a récolté 4 aides pour un total de 7 points produits. C’est très bien pour un joueur de seconde ligne.

Publicité

À lire aussi