Sections

Une offre supplémentaire pour les hockeyeurs

HOCKEY AAA D'ÉTÉ


Publié le 9 juillet 2017

Richard Sévigny et Jonathan Lachance considèrent que le hockey AAA est profitable pour les gestionnaires d’arénas privées, dont le Complexe 2 glaces Honco.

©Photo TC Media - Louis-Antoine Lemire

HOCKEY.Jonathan Lachance et Richard Sévigny de l’organisation des Bulldogs de Québec déplorent que le hockey de printemps ait mauvaise presse dû au fait que certaines  personnes jugent que ce n’est qu’une structure pour faire de l’argent. Selon eux, le hockey AAA d’été permet aux joueurs de se développer et d’aller chercher des heures de glace supplémentaire.

«Je suis un peu déçu de l’opinion de certaines personnes à l’égard du hockey de printemps. Nous ne faisons pas ça pour l’argent et nos coûts sont similaires à une école de hockey conventionnelle», a précisé le président des Bulldogs, Jonathan Lachance. Selon lui, son offre de service permet aux jeunes de connaître d’autres athlètes, car ils ne sont pas limités à un territoire comme lors de la période hivernale.

Quant à lui, Richard Sévigny a rapporté que la saison hivernale se termine assez tôt et que le hockey de printemps permet aux jeunes d’évoluer dans ce qu’il qualifie d’école de hockey compétitive. «Nous proposons 20 heures de glace aux participants et il y a des tournois qui peuvent s’organiser. Souvent, les gens qui dénigrent notre produit sont des parents frustrés qui ont vu que leur enfant n’était pas sélectionné.»

 Bien qu’il soit en faveur du hockey de printemps, l’ancien gardien de but des Canadiens de Montréal et des Nordiques de Québec ne conseille pas aux sportifs de fouler la glace 12 mois par année. «Il faut que l'équipement soit rangé en juin. À tort, certains parents vont penser que leur enfant va faire la Ligue nationale s’il pratique son sport de prédilection toute l’année.»

Le développement prime

Richard Sévigny a rapporté que les Bulldogs de Québec ont créé une 3e division pour permettre aux joueurs qui évoluent dans le simple lettre de prolonger leur campagne. Notre objectif est le développement de l'athlète. Si nous prenons un gars qui jouait dans le A et que la saison suivante il fait le CC, nous pouvons dire mission accomplie», a-t-il assuré.

Une saison de hockey d’été se chiffre entre 400 et 600$ et se termine en juin.