La réunion des frères Auclair

Les footballeurs dans la même équipe pour la première fois


Publié le 30 septembre 2016

FOOTBALL UNIVERSITAIRE. Originaires de Notre-Dame-des-Pins, Anthony et Adam Auclair ont toujours fréquenté les mêmes établissements scolaires, mais leur différence d’âge a fait en sorte qu’ils n’avaient jamais eu la chance de jouer dans la même équipe. Cette saison, à l’Université Laval, les deux frangins saignent pour le Rouge et Or.

Antony, 23 ans, est un receveur de passes tout étoile, qui dispute sa quatrième campagne avec la troupe de Glen Constantin.

Doté de mains agiles, le monstre de 6’6 et 254 lb est une cible de choix pour le quart-arrière Hugo Richard.

Adam, 20 ans, est un demi-défensif qui n’a pas la même charpente que son aîné, mais à 6’2 et 196 lb, il n’a rien à envier aux autres joueurs de sa position.

«Il est vraiment tannant, c’est un fatigant», a lancé Antony en riant, sachant bien que son frère était un spectateur attentif à l’entrevue.

Ils partagent le même vestiaire et ils passent beaucoup de temps ensemble, mais pour ce qui est de la cohabitation, ils sont séparés. Antony vît avec Christian Dallaire, le troisième quart-arrière de l’équipe, tandis qu’Adam habite avec Alexandre Lebreton et Marc-Antoine Pivin.

Enfants, ils sortaient dehors pour se lancer le ballon. Puis, le plus vieux s’est mis à briller à l’école primaire, alors le jeunot voulait faire la même chose.

Des rôles importants

En début de saison, plusieurs experts identifiaient le groupe de receveurs lavallois comme étant le meilleur au pays. Celui-ci n’a pas débuté l’année comme il l’aurait voulu, mais il progresse au fil des semaines.

«Notre cohésion et notre synchronisation [avec Hugo Richard] s’améliorent. Nous devons continuer à progresser», a répondu le #81.

Ce dernier a d’ailleurs été répertorié comme étant le 10e plus bel espoir en vue du prochain repêchage de la LCF.

«J’étais content, mais ce n’est pas important. Pour être honnête, je l’avais déjà oublié! Je me concentre sur ma saison avec le Rouge et Or», a dit l’étudiant en Intervention sportive.

De son côté, Adam a la chance de fouler la pelouse régulièrement, en dépit de son statut de recrue. Normalement, sauf à de rares exceptions, un nombril vert fait son entrée progressivement dans la formation partante.

«C’est l’un de nos joueurs le plus constant dans toute notre défensive», a louangé Constantin sur son #2.

«C’est plaisant à entendre, a-t-il répondu, lorsqu’il a été mis au courant des propos du coach. Toutefois, à chaque semaine, nous repartons à zéro pour conserver notre poste.»

Les scribes ont demandé au receveur quelle était la plus grande force de son frère : «C’est une bonne question (rires). Sans blague, c’est un demi-défensif très physique», a dit celui qui a également vanté son éthique de travail.

La possibilité qu’Antony fasse le saut chez les pros l’été prochain est présente. Si tel est le cas, les deux frérots n’auront passé qu’une année ensemble, mais ils en auront profité pour conserver leurs liens tissés serrés.

Québec Hebdo