Rouge et Or: un fort esprit d’équipe

Vincent Alarie-Tardif sera à son poste à la Coupe Vanier


Publié le 24 novembre 2016

FOOTBALL UNIVERSITAIRE. Dans le monde du sport, il n’est pas rare d’entendre qu’un excellent esprit d’équipe peut faire la différence entre la victoire et la défaite. Le club de football du Rouge et Or de l’Université Laval, édition 2016, n’y fait pas exception.

Après deux années où il a vu sa saison s’arrêter à la Coupe Dunsmore, le programme a subi une cure de rajeunissement pendant la saison morte. Des 24 joueurs partants (12 à l’offensive et 12 en défensive), 15 ont quitté pour divers motifs.

Huit Lavallois ont été repêchés dans la Ligue canadienne (LCF). D’autres ont complété leurs cinq années d’admissibilité. Sans jeter la pierre à qui que ce soit, l’entraîneur-chef Glen Constantin a admis «qu’un joueur en fin de processus peut ne pas avoir la tête à 100%».

De son propre aveu, participer – et remporter – la Coupe Vanier en 2016 était quelque peu ambitieux, mais il croyait en ses ouailles. Toute la saison, il a insisté sur le mot progression.

Tous ces nouveaux visages n’ont pas affecté le bon esprit d’équipe, a assuré le quart-arrière Hugo Richard : «Honnêtement, en trois saisons ici, la chimie a toujours été bonne, mais cette année, il y a quelque chose de spécial.»

«Il n’y a pas de clique, nous sommes un groupe uni», a renchéri le #4, dont les propos ont été approuvés par le pilote Constantin.

«VAT» jouera

Au fil de la saison, Vincent Alarie-Tardif a ravi le titre de porteur de ballon numéro un à son coéquipier et ami Christopher Amoah. Ce dernier, très explosif, a échappé le ballon à quelques reprises, notamment dans des moments clés.

Pendant ce temps, Alarie-Tardif a pris du galon, et son camarade Sébastien Serré a lui aussi monté dans la hiérarchie, laissant une faible pointe de tarte à Amoah, vu comme le digne successeur de Maxime Boutin.

Lors de la Coupe Uteck, «VAT» a couru le ballon 15 fois, frôlant la barre des 100 verges. Serré avait à peine touché à l’objet ovale, se permettant d’inscrire un touché, tandis qu’Amoah n’était utilisé que sur les unités spéciales.

La 15e course du #5 fut la dernière. À la porte des buts, il échappe le ballon et reste au sol. Il s’est blessé sur la séquence et n’a pas retouché la pelouse verte.

Rencontré après la victoire des siens, il souriait à pleines dents : «Moi, ça va toujours bien. J’ai été retiré par mesure préventive. Oui, je vais être à la Coupe Vanier. Je n’ai pas travaillé si fort pour ne pas jouer ce match-là», a-t-il répondu, sans que le représentant de TC Media Nouvelles ne lui pose la question, à savoir s’il allait être de l’ultime duel.

Évidemment, il n’a pas voulu en dévoiler davantage sur la nature de sa blessure. A-t-il aggravé celle subie plus tôt cette saison?

«T’es bien gentil, mais je vais garder ça pour moi», a badiné l’étudiant en Sciences de la consommation, avec un large sourire.

Québec Hebdo