Lechasseur en quête de victoires

Le natif de Charlesbourg n’a qu’un objectif en tête: gagner


Publié le 23 octobre 2016

FOOTBALL UNIVERSITAIRE. À sa quatrième année avec le Rouge et Or de l’Université Laval, le receveur Félix Lechasseur fera tout pour ajouter une deuxième bague de la Coupe Vanier à sa main. Champion en 2013, l’ivresse et les joies du titre canadien lui manquent au plus haut point.

L’ADN du Rouge et Or est imprégné dans son sang depuis longtemps, bien avant qu’il signe sa lettre d’engagement avec la troupe de Glen Constantin.

«J’ai joué et arbitré au mini Rouge et Or. L’été, j’étais engagé pour filmer les pratiques de l’équipe, alors ce n’était qu’une suite logique d’évoluer ici pour mes études universitaires», a lancé l’athlète originaire de Charlesbourg.

Dès sa première campagne, l’équipe remporte la Coupe Vanier : «La saison a passé tellement vite. J’ai cligné les yeux et nous soulevions le gros trophée. Ce fut une très belle expérience que je veux revivre.»

Deux ans de suite, les Carabins de l’Université de Montréal ont mis la main sur le championnat québécois sur la pelouse lavalloise, le pire affront possible.

«Nous sommes affamés, autant les jeunes que les vétérans. Quand l’Université Laval ne se rend pas jusqu’au bout, c’est une déception.»

Changement de position

Tout au long de ses études secondaires, Lechasseur a évolué au poste de quart-arrière avec les Condors de Saint-Jean-Eudes. Joueur d’élite, il s’est commis avec les Élans du Cégep François-Xavier Garneau, mais il avait choisi de changer de position.

Lancer les ballons ne l’intéressait plus, il désirait maintenant les attraper : «Je n’avais pas envie de gérer et d’analyser le match, ce que la position de quart-arrière exige. Je voulais exécuter.»

Avant son premier camp d’entraînement à Garneau, il a beaucoup travaillé avec Matthew Leblanc, un ancien receveur du Rouge et Or. Puis, Patrick Boies a fait de lui un partant, et ce même s’il n’avait aucune expérience sur le terrain.

Il a complété sa carrière collégiale en récrivant quelques lignes du livre des records du circuit québécois, en battant notamment le plateau pour le nombre d’attrapés. Pour s’y faire, il a coiffé Seydou Junior Haïdara, qui évolue maintenant avec les Alouettes de Montréal.

«J’étais vraiment surpris de battre des records. Je ne m’attendais pas du tout à cela à mes débuts», se rappelle encore celui qui a défendu les couleurs des Élans de 2009 à 2012.

Aller le plus loin possible

Tout indique que l’unité offensive lavalloise pourra compter sur les services du #18 pour une cinquième année en 2017. Son avenir sur la pelouse verte reste flou, mais le footballeur veut aller «le plus loin possible».

Certes, la la Ligue canadienne (LCF) est sa première option. Si cela ne fonctionne pas, l’appel de l’Europe pourrait l’intéresser pour la suite de son parcours.

«J’ai plusieurs options. J’ai toujours aimé le coaching. Je suis étudiant au Certificat en dépendances, mais je suis aussi intéressé par le métier d’ambulancier.»

Décidément, toutes les portes semblent ouvertes pour l’homme de 23 ans.

Québec Hebdo