Sections

Brendon Lecours, baseballeur et actuaire

Un bel exemple de réussite en sport-études


Publié le 12 juillet 2017

Brendon Lecours a toujours fait passer ses études et sa carrière avant les sports.

©(TC Media - Charles Lalande)

Rares sportifs de haut niveau qui peuvent se targuer d’être actuaire. Voltigeur pour les Alouettes de Charlesbourg, dans la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJEQ), Brendon Lecours vient de décrocher son baccalauréat en actuariat à l’Université Laval. 

«Son équilibre entre le sport et les études est assez remarquable», vante Jean-Nicolas Blanchet, son entraîneur-chef.

Je suis surpris et content. Je ne m’attendais pas à présenter de tels chiffres après avoir manqué une saison.

Brendon Lecours, sur sa moyenne au bâton de 0,341

À l’été 2016, Lecours n’a pas pu défendre les couleurs des Alouettes pour une troisième saison. La raison? L’entreprise Willis Towers Watson lui offrait un stage de trois mois et demi dans leurs bureaux de Manhattan.

«J’étais analyste en actuariat et consultant international. En d’autres mots, nous conseillons les multinationales sur leurs régimes de retraite, leurs assurances collectives, et les fusions et acquisitions d’entreprises. C’était vraiment impressionnant.»

Il faut croire que l’homme de 22 ans a tombé dans l’œil des dirigeants de Willis Towers Watson, qui lui ont offert un emploi à Chicago l’automne prochain. «Une opportunité incroyable, mais surtout, un job de rêve», de dire le natif de Lac-Saint-Charles.

En plus de bien faire sur le terrain, Lecours se démarque sur les bancs d’école.

©Photo tirée de Facebook – Alouettes de Charlesbourg

La carrière avant tout

Plus jeune, il a également fait son chemin dans le hockey organisé. Il a d'ailleurs été capitaine du Typhon de Québec, dans la catégorie Midget espoir. Toutefois, notre sport national et ses études interféraient souvent dans son horaire hivernal. L’été, il avait tout son temps pour le baseball.

«La carrière a toujours passé avant les sports. Mes entraîneurs ont toujours été très accommodants. Ne pas jouer l’été dernier, ce fut un peu difficile. Je m’ennuyais de la balle et des gars, mais je réalisais un rêve à New York.»

Cet été, il a effectué un retour avec les Alouettes, avec qui il devrait jouer pendant toute la saison régulière. Par contre, il ne pourra pas participer aux séries éliminatoires, étant donné qu’il devra déménager ses pénates à Chicago. Ses coéquipiers tenteront de ramener un premier titre à l’organisation depuis 2013.  

Québec Hebdo