Sections

Les multiples chapeaux d’Olivier Morneau-Ricard

Il suit les traces olympiennes de ses parents


Publié le 18 septembre 2017

Il est le seul Canadien à exercer le métier de juge en plongeon de haut vol.

©(Photo TC Media - Charles Lalande)

À 24 ans, Olivier Morneau-Ricard est l’une des neuf personnes dans le monde qui peut se targuer d’être certifié juge par la Fédération internationale de natation (FINA) en plongeon de haut vol. Parcours du fier natif de Lac-Beauport.

Morneau-Ricard photographié sous la pluie lors d’une compétition.
(Photo gracieuseté)

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le benjamin d’une famille de quatre enfants a cela dans le sang. Son père, Luc Ricard, était juge en athlétisme aux Jeux olympiques de Montréal en 1976 tandis que sa mère, Hélène Morneau, «son modèle», est devenue la première québécoise à occuper le rôle de juge en plongeon aux olympiades, l’été dernier, à Rio de Janeiro.

En 2024, son sport favori deviendra une nouvelle discipline aux J.O. Étant le seul au pays à détenir sa certification, il a déjà eu l’assurance qu’il sera du rendez-vous : «De suivre les pas de mes parents, c’est vraiment un honneur», admet celui dont le frère Maxime a également jugé avant de se consacrer à sa carrière d’avocat.

Avant d’être arbitre, il était un athlète!
(Photo gracieuseté)

Propulsé par Red Bull, le plongeon de haut vol a par la suite été pris en charge par la FINA qui travaille en collaboration avec la compagnie de boisson énergisante pour le développer. La Québécoise Lysanne Richard, championne du monde en 2016, est la seule Canadienne à représenter la feuille d’érable sur la scène internationale.

À la fin du mois de juillet, Olivier Morneau-Ricard était à Budapest, en Hongrie, pour les Mondiaux. Dans le monde, c’est en plein essor, mais là-bas, c’est déjà la folie: «Les organisateurs ont vendu tous les billets en 40 minutes. Ensuite, ils ont rajouté des places qui ont trouvé preneur en dix minutes. C’est en train d’exploser en terme de popularité.»

Il y a un plongeur de 18 ans, mais sinon, je suis de loin le plus jeune dans le monde du plongeon de haut vol.

Olivier Morneau-Ricard, ancien athlète devenu juge

L’hiver, cet étudiant de dernière année en gestion de projet à l’Université Laval est également responsable en logistique pour le Grand défi Pierre Lavoie. L’été, il profite des vacances pour juger là où ses services sont requis. Il a déjà traîné son baluchon aux Émirats arabes unis, en Chine, en Malaisie, pour ne nommer que ceux-ci.

De gauche à droite : Olivier, sa mère Hélène et son frère Maxime.
(Photo gracieuseté)

Il est également sur un comité de Plongeon Canada, qui désire construire des installations permanentes à Cuba afin de développer le sport à l’échelle nationale.

Carrière d’athlète et star d’Instagram

De ses débuts à l’âge de 5 ans jusqu’à sa retraite quinze ans plus tard, il a connu une glorieuse carrière en remportant plusieurs médailles: «Mes titres provinciaux, j’ai arrêté de les compter (rires), je dois en avoir 25. Aussi, j’ai quelques titres nationaux et internationaux», énumère-t-il. De son propre aveu, son passé de plongeur l’aide grandement à exercer son métier de juge.

Dans ses temps libres, sur son compte Instagram,  Morneau-Ricard partage entre autres des photos de ses voyages, de ses complets griffés et de ses entraînements. Un jour, la compagnie de vêtements Jack & Jones a partagé l’une de ses photos. Depuis, son nombre d’abonnés ne cesse de grimper, le voilà à près de 13 000.

«J’aime vraiment ce média social. Sans le vouloir, j’ai trouvé mon auditoire, fort intéressé aux voyages, à la mode et au fitness.»

Profil d’Olivier Morneau-Ricard

  • Âge: 24 ans
  • Lieu de naissance: Lac-Beauport
  • Étudiant en gestion de projet à l’Université Laval
  • Emplois: juge en plongeon de haut vol et responsable en logistique au Grand défi Pierre Lavoie
  • Rêve: travailler pour Red Bull
  • Instagram: @olimorneau