Dernier droit pour la Coupe du monde de ski de fond


Publié le 19 mars 2017

Alex Harvey a survolé les plaines d'Abraham vendredi.

©(Photo TC Media - Charles Lalande)

SKI DE FOND. La Coupe du monde FIS de ski de fond à Québec en est à sa dernière journée. Plusieurs canadiens, dont Alex Harvey, participeront à la finale de ce week-end de compétition dans la capitale nationale.

C'est avec des courses en poursuite que se conclue la Coupe du monde FIS de Québec, un événement auquel les meilleurs fondeurs du monde étaient conviés. La finale des femmes vient tout juste de débuter à 11h20. La Canadienne Cendrine Brown de Saint-Jérôme aura son départ à 3:26. Frédérique Vézina, originaire de la région, partira pour sa part à 4:52.

La course des hommes, où Alex Harvey sera en action, donnera son coup d'envoi à 12h45. Le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges débutera la poursuite le troisième, avec 23 secondes de retard sur le Norvégien Johannes Hoesflot Klaebo. «C’est du stock, c’est sûr, mais je me sens capable de le rattraper», a confié hier le fondeur de Saint-Férreol-les-Neiges.

Un week-end de rêve pour Alex Harvey

Le fondeur chouchou de cette compétition, Alex Harvey, a commencé la fin de semaine de compétition en lion à Québec. Après sa médaille d'or au 50km au Championnat du monde de Lahti, en Finlande, chaque victoire supplémentaire était un bonus pour lui, a-t-il raconté aux médias. Son bonheur de courser chez lui s'ajoutait à la motivation du skieur.

Le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges a su tirer le meilleur de lui-même à la première épreuve de la Coupe du monde FIS de ski de fond vendredi. Il est monté sur la première marche du podium à la finale du sprint au style libre. «Je pense que j’aurais pu gagner contre n’importe qui aujourd’hui. C’est un autre podium, une autre médaille. Quand tu remportes un championnat du monde, il n’y a rien qui peut te décevoir», avait-il déclaré vendredi.

Samedi, Alex Harvey s'est approché tout prêt du podium pour le 15km classique en départ de masse. S'élançant le premier grâce à sa victoire de la veille, il a préféré céder cette position en début de course pour suivre la cadence du peloton plutôt que de dépenser toute son énergie en tête. C'est finalement avec la 4e place qu'il s'en est tiré. «Chaque fois que je suis dans le top 10 en Coupe du monde, c'est satisfaisant», a-t-il assuré, blaguant qu'on ne pouvait monter sur le podium tous les jours.