Sections

L’argent pour Marylou Martineau à Kansas City


Publié le 12 octobre 2017

Marylou Martineau et sa mère, Josée Duquette.

©(Photo TC Media – Geoffré Samson)

BOCCIA. L’athlète paralympique Marylou Martineau de Saint-Émile a gagné la médaille d’argent lors de l’Open mondial de Boccia, disputé à Kansas City aux États-Unis. Elle a atteint la finale en compagnie de ses partenaires de l’équipe Canada, dans la catégorie BC3.

La jeune athlète de 16 ans, qui a participé aux Jeux olympiques de Rio en 2016, est classée 8e parmi les 30 meilleurs joueurs au pays, selon Boccia Canada. La Boccia International Sports Federation (BISFed) place Marylou en 74e position dans une catégorie qui a plus de 130 joueurs sur la planète.

« Marylou Martineau a pratiqué plus de 120 heures en deux mois en vue de sa dernière compétition, ce qui a rapporté », explique sa mère, Josée Duquette, qui assiste sa fille lors de chacun de ses tournois.

Marylou Martineau demandant à sa mère de positionner sa rampe.
(Photo TC Media – Geoffré Samson)

Marylou pratique à raison de deux fois par semaine, dans une salle louée par les Chevaliers de Colomb de la région. L’endroit coûte 6 500$ par année, et est déboursé par la famille Martineau. « Ce qui me dérange c’est qu’à Montréal, les athlètes peuvent s’entraîner gratuitement, mais pas ici », déplore Mme Duquette. La députée de Chauveau, Véronyque Tremblay, a aidé à trouver un lieu pour les entraînements de Marylou, en plus de lui remettre un montant de 500$. Ce montant lui permettra, entre autres, de couvrir ses frais de compétitions et de voyagement.

De nombreux tournois sont prévus prochainement. Elle sera à London en Ontario à la fin octobre, et à Montréal en novembre. Les 2 et 3 décembre, l’athlète sera des duels disputés à la Polyvalente de L’Ancienne-Lorette, lors d’une compétition provinciale.

Qu’est-ce que le Boccia?

C’est un sport mixte qui a été conçu à l’origine pour les personnes atteintes d’une paralysie cérébrale. La boccia peut être pratiquée par n’importe qui, avec un handicap ou non. Ce sport demande un contrôle et une précision similaire au curling, ou à la pétanque, car les joueurs visent une balle cible, aussi appelée « cochonnet ». Les balles peuvent être lancées à la main ou à l’aide d’une rampe.