Sections

Tribune Libre : « La “performance” des enseignants »

Publié le 1 septembre 2017

Tribune libre (Photo TC Media - Archives)

OPINION. Ce n’est pas la première fois que l’idée refait surface et, à chaque occasion, je ne peux que sourciller devant le non-sens d’une telle proposition. Cette fois-ci, c’est au tour de l’Institut économique de Montréal de proposer l’instauration d’« indicateurs de performance » pour évaluer les enseignants.

« Des salaires plus élevés versés aux professeurs qui ont un impact positif important sur la performance de leurs élèves attireront vers l'enseignement des candidats dynamiques et créeront de l'émulation. Des salaires plus faibles pour ceux qui réussissent moins bien pourront les inciter à aller faire autre chose », écrivent Germain Belzile, chercheur associé senior, et Alexandre Moreau, analyste en politiques publiques, dans leur note économique. Foutaise!

À mon sens, il faut être complètement déconnecté du contexte particulier de l’acte pédagogique eu égard aux différents groupes d’élèves dont les enseignants sont responsables. En effet, comment peut-on comparer la « performance » d’un enseignant évoluant dans un milieu défavorisé où se retrouvent plusieurs élèves en difficultés d’apprentissage avec un autre responsable d’un groupe d’élèves doués et ne présentant aucun problème sérieux de comportement?

En termes clairs, il m’apparaît inadmissible, voire inapproprié, d’évaluer la « compétence » d’un enseignant sur la seule performance académique de ses élèves. À titre d’exemple, l’élève éprouvant des difficultés d’apprentissage et qui réussit à remonter ses notes de 40 % à 60 % au cours de son année scolaire le doit en grande partie aux initiatives pédagogiques de son enseignant qui a réussi un tel exploit… Un « indicateur de performance » qui passerait sous le radar si la proposition des « experts » devenait réalité!

Henri Marineau, Québec