Sections

Tribune Libre : « La boîte de Pandore »

Publié le 8 août 2017

Tribune libre (Photo TC Media - Archives)

OPINION. L’idée n’est pas nouvelle. Périodiquement, elle ressort des boules à mites, tel un vieux manteau que l’on a rangé pour l’hiver. Cette fois-ci, ce sont les jeunes libéraux du Québec qui l’ont ressortie du placard : la création d’un ordre professionnel des enseignants. Leur argument prioritaire? Protéger le public.

D’où la question : protéger le public contre qui, contre quoi? Il ne faut pas chercher longtemps pour parvenir à la réponse, à savoir contre les enseignants « qui éprouvent des difficultés dans l’accomplissement de leurs tâches ».

Et pourtant, l’enseignement figure parmi les professions les plus encadrées, étant, entre autres, soumis à des processus d’évaluation réguliers gérés par les directions d’école, sans compter les conventions collectives qui ne contiennent non seulement des droits, mais aussi des devoirs.

Toutefois, là où le bât blesse avec le plus d’acuité, c’est à se demander où étaient les jeunes libéraux au moment où le gouvernement Couillard a coupé à bras raccourcis dans les services aux élèves? C’est pourtant ces coupures drastiques qui placent les enseignants devant des situations catastrophiques, voire dramatiques.

En termes clairs, les jeunes libéraux auraient nettement avantage à se rallier les enseignants en mettant leurs efforts dans l’amélioration des conditions de travail de ces derniers plutôt que de créer un ordre professionnel des enseignants qui risque de devenir une boîte de Pandore!

Henri Marineau, Québec