Sections

Où s’en va le français?

Publié le 3 août 2017

Le président général de la Société Saint-Jean-Baptiste, Maxime Laporte, s’inquiète pour l’avenir du français alors que «c’est la première fois depuis 1971 que la proportion du français comme langue d’usage est passée sous le seuil de 80 %. […] Et dire que le gouvernement Couillard s’inquiétait récemment de l’assimilation des anglophones au Québec.» 

Cette évolution est aussi attribuable à la progression du nombre d’immigrants qui s’installent au Québec et dont la langue maternelle est une langue «tierce», selon Jean-Pierre Corbeil, spécialiste en chef de la section de la statistique linguistique à Statistique Canada. «Une partie non négligeable de ces immigrants ne connaît que l’anglais. Ils finissent par apprendre le français et travailler en français, mais en matière de langue d’usage, c’est certain que l’anglais semble une tendance lourde.»

Or, la loi 101, théoriquement, devrait agir comme bouclier à cette propension de la part des immigrants à opter pour l’anglais comme langue d’usage. Paradoxalement, le gouvernement Couillard, dans son retour aux «vraies affaires», a coupé de façon drastique dans les services en francisation… Une attitude laxiste qui n’a rien pour opérer le nécessaire redressement des critères de francisation au Québec !

Henri Marineau
Québec, Qc