QS, l’opposition officielle?

Publié le 18 mars 2017

Tribune libre (Photo TC Media - Archives)

Pour employer une formule bien connue, « si la tendance se maintient », Québec solidaire (QS) pourrait former l’opposition officielle à l’Assemblée nationale lors des élections de 2018. À titre d’indice laissant percevoir cette tendance, un sondage réalisé pour Le Devoir par la firme Léger révèle que QS passe de 8 % à 14 % dans l’ensemble du Québec depuis janvier alors que, pour la même période, le PQ recule de 29 % à 25 %. Autre indice fort révélateur, six points seulement séparent maintenant le PQ (22 %) et QS (16 %) dans la région de Montréal.

Nul doute que certains événements fort médiatisés ont joué en faveur de la visibilité de QS au cours des dernières semaines, notamment le départ de Françoise David, la lutte acharnée menée par Manon Massé pour garder intacte sa circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques et, non le moindre, l’arrivée en scène de Gabriel Nadeau-Dubois (GND) comme candidat de QS dans le comté de Gouin, laissé vacant par le départ de Françoise David…un billet d’entrée assuré compte tenu que le PQ a décidé de ne pas présenter de candidat dans ce comté.

À mes yeux, les astres s’alignent pour favoriser la montée de QS dans les intentions de vote. À cet effet, en quelques jours de politique active, l’effet GND a permis de recruter quelque 4000 nouveaux membres au sein de QS, une augmentation substantielle de 40 % de ses effectifs.

Reste à savoir si « la tendance se maintiendra »…Toutefois, un constat me semble évident, QS a pris « du gallon » à tel point qu’il est devenu un adversaire de gauche sérieux pour le PQ qui devra « mettre les bouchées doubles » s’il désire conserver la maigre avance qu’il détient sur QS.

Henri Marineau