Tribune libre: « Made for sharing »

Publié le 11 février 2017

OPINION. Tel est le choix du slogan du comité organisateur de la candidature de Paris aux Jeux olympiques de 2024. Eh oui, vous avez bien lu, un slogan en anglais pour la Ville Lumière, l’incarnation de la francophonie européenne.

La raison d’un tel choix ? « Donner un caractère universel au projet français », répond Tony Estanguet, le coprésident de Paris 2024. Et, pour couronner cette exposition anglaise, « le CIO, qu’on le veuille ou non, c’est bien triste peut-être, diront certains, mais c’est une réalité, c’est 80 % d’anglophones », ajoute le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner… Foutaise !

Depuis quand une ville aussi rayonnante que Paris, entre autres, pour sa couleur francophone, devrait-elle « se désincarner » pour plaire à ces dignes représentants du CIO ? Paris ne devrait-elle pas plutôt mettre en lumière la langue de Coubertin ?

Devant une telle ignominie, nul doute que le comité organisateur de Paris 2024 sera candidat au prochain prix de la Carpette anglaise, décerné annuellement à une personnalité ou un organisme français qui s’acharne à promouvoir la domination de l’anglais en France !

Henri Marineau, Québec