Tribune libre: Le revers de la radicalisation

Publié le 31 janvier 2017

Selon les informations des médias, le suspect de l’attentat de Québec, Alexandre Bissonnette, est un loup solitaire, un personnage renfermé et rejeté, une description qui répond à un besoin viscéral de poser un geste visant à attirer l’attention sur lui.

Néanmoins, une question se pose : pourquoi avoir choisi une tuerie aussi insensée sur des personnes innocentes en train de se recueillir dans leur temple? À mon sens, la réponse à cette question se retrouve en partie dans la couverture de certains médias qui, sans relâche, martèlent leur clientèle de propos islamophobes qui constituent un terreau propice à la radicalisation.

Tant et aussi longtemps que des Alexandre Bissonnette existeront et que certains médias entretiendront un discours prônant l’islamophobie, nous serons confrontés à des gestes barbares entrainant dans une mort atroce des hommes et des femmes victimes d’une propagande haineuse.

Henri Marineau