Sections

Un militaire canadien accusé d’agression sexuelle


Publié le 8 août 2017

Les Forces armées canadiennes en ont informé les médias.

©(Photo Archives)

JUSTICE. Un militaire canadien est accusé d’agression sexuelle en vertu du Code criminel par le Service national des enquêtes des Forces canadiennes.

Le major Trent Krajaefski, membre du Quartier général du Commandement des opérations interalliées du Canada à Ottawa, fait l’objet d’un chef d’accusation pour agression sexuelle en vertu de l’article 271 du Code criminel, fait qui est punissable en vertu de l’article 130 de la Loi sur la défense nationale.

Le chef d’accusation est lié à une agression sexuelle signalée impliquant deux membres du Cadre des instructeurs de cadets durant un cours d’instruction donné à Saint-Jean-sur-Richelieu, en 2001. L’accusé, actuellement membre de la Force régulière des Forces armées canadiennes, était membre du Cadre des instructeurs de cadets à l’époque de l’agression signalée, rapportent les Forces armées canadiennes (FAC).

L’affaire suit maintenant son cours au sein du système de justice militaire en vue de la tenue possible d’une cour martiale, à une date et un lieu à déterminer.

Un premier rapport 2016-2017

En parallèle, les Forces armées canadiennes révèlent que le Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle (CIIS) a permis la prestation de services de counseling de soutien à plus de 400 personnes. Cette information est contenue dans le premier rapport du CIIS pour 2016-2017.

Des sessions d’information ont par ailleurs été données auprès de plus de 3 500 membres des FAC.

Le CIIS a été mis sur pied en septembre 2015 « pour soutenir les membres des FAC qui ont subi des comportements sexuels dommageables ou inappropriés ou qui ont été affectés par de tels comportements », rappellent les FAC.