Sections

Infirmier déclaré coupable d'agressions sexuelles


Publié le 21 juin 2017

Mohamed-Doudou Traore sort de la salle d'audience derrière son avocate, Me Marie-Élaine Poulin.

©(Photo TC Media – François Cattapan)

TRIBUNAL. Accusé d'avoir utilisé de la drogue pour engourdir ses conquêtes avec qui il avait ensuite des relations intimes, Mohamed-Doudou Traore a été reconnu coupable d'agressions sexuelles sur trois victimes. L'infirmier de 35 ans connaîtra sa peine en juillet prochain.

Selon les prétentions de la Couronne, l'accusé avait recours à de la kétamine, un médicament qu'il pouvait trouver dans son milieu de travail. La drogue était versée dans les breuvages que Traore offrait à ses victimes lors de sorties dans les bars. À leur retour à domicile, elles avaient soudainement besoin d'aide pour rentrer et être mises au lit, moment que l'homme choisissait pour assouvir ses pulsions.

De son côté, la Défense a plaidé qu'il n'y avait pas présence de drogue et que les relations sexuelles étaient consentantes. Devant la crédibilité des témoignages des victimes, cette version a été estimée invraisemblable par le juge René De la Sablonnière. Le magistrat a également qualifié de complaisant le témoignage d'un ami de l'accusé.

Malgré que les faits remontent à l'hiver 2011, le Tribunal a jugé fiable la preuve présentée par la Couronne. La longueur des procédures avait d'ailleurs donné lieu au dépôt d'une requête Jordan évoquant des délais déraisonnables. Toutefois, la responsabilité de la Défense pour une grande partie des reports a conduit à un rejet.

Après avoir résumé sa décision écrite de 37 pages, le juge De la Sablonnière a indiqué que la Défense n'avait pas soulevé de doute raisonnable. Dans les circonstances, il a déclaré le prévenu coupable d'agressions sexuelles. Traore reviendra en cour le 7 juillet à l'étape des représentations sur la peine. Entre temps, il a pu garder sa liberté moyennant de nouvelles conditions à respecter, dont le dépôt de son passeport et l'interdiction de quitter le district judiciaire de Québec.

15 mois pour Bruno Facchino

Un autre membre du réseau de vols de marchandises dans des camions-remorques, mis au jour par l'opération Obliger de la Sûreté du Québec, a plaidé coupable. Bruno Facchino a reconnu avoir tenté de trouver un acquéreur pour une cargaison de fromage de 300 000$. Sans être impliqué dans les nombreux vols commis par ses coaccusés, il a admis avoir voulu soutirer une commission comme intermédiaire.

L'homme qui cumule plusieurs antécédents criminels sur une période de 20 ans a bénéficié d'une suggestion commune des parties. La juge Johanne Roy a entériné la peine proposée de 15 mois, à laquelle ont été soustraits 5 mois de détention provisoire. S'ajoute une probation de 12 mois. Avant de prendre le chemin des cellules, Facchino a émis le souhait d'être incarcéré à Trois-Rivières, région où réside sa conjointe.

TC Media