Il plaide coupable à des menaces contre Bissonnette


Publié le 20 avril 2017

Palais de justice de Québec. (Photo TC Media - Archives)

TRIBUNAL. L'individu accusé d'avoir proféré des menaces de mort contre Alexandre Bissonnette pour venger les victimes du tireur de la Grande mosquée de Québec a plaidé coupable, jeudi après-midi, au palais de justice de Québec.

Visiblement énervé par la couverture médiatique de cette affaire, Mohamed-Amine Ben-Faras a bien failli voir le juge Alain Morand refuser d'entériner son plaidoyer de culpabilité. Voyant l'ampleur de ce qui lui était reproché à la lecture des chefs d'accusation déposés contre lui, l'homme de 23 ans a semblé momentanément ne plus être disposé à reconnaître les délits graves qui étaient énumérés.

À son grand soulagement, les accusations de menaces de sévices et de mort contre la famille d'Alexandre Bissonnette ont été retirées. L'accusé a finalement accepté de plaider coupable à une accusation réduite de menaces de mort à l'endroit du suspect de la fusillade ayant fait six morts au Centre culturel islamique de Québec, le dimanche 29 janvier dernier.

S'adressant au juge Morand, le jeune homme de petite stature a mentionné qu'il trouvait que l'affaire avait pris des proportions démesurées. «Ce sont des paroles en l'air, lancées sans réfléchir. Et puis là, je me retrouve de l'autre côté. Ce n'est plus Bissonnette le méchant, c'est devenu moi le terroriste», a déploré Ben-Faras ajoutant que la radio véhiculait des faussetés à son sujet en prétendant qu'il sortait de prison.

Dénoncé

Rappelons que l'individu, qui est le neveu d'une des victimes de la Grande mosquée de Québec, est arrivé de Londres la semaine dernière. Il aurait été dénoncé à la police par des proches après avoir tenu des propos menaçants à l'endroit de Bissonnette, dans le but de venger ses frères musulmans tombés sous les balles.

Ben-Faras demeure incarcéré jusqu'à son retour en Cour, vendredi après-midi, à l'étape des représentations sur la peine. L'avocat de la Défense, Me Benoit Labrecque, a évoqué la possibilité d'en arriver à une suggestion commune avec la Couronne.

TC Media