Nouveaux éléments d’enquête pour introduction par effraction et agression sexuelle

Ce masque en néoprène de style moto a été trouvé sur les lieux du crime perpétré en 2011.

De nouveaux éléments d’enquête amènent le Service de police de la Ville de Québec à solliciter de nouveau l'aide de la population afin de localiser un homme suspecté d’introduction par effraction et d’agression sexuelle, survenues le 17 juillet dernier.

Publicité

Voici la casquette retrouvée chez la septuagénaire.

Un suspect qui serait entré par effraction dans une résidence du secteur Limoilou dans la nuit du 17 juillet aurait alors agressé sexuellement une septuagénaire vivant seule. Il avait laissé une casquette de couleur beige du groupe de musique «AC/DC» sur les lieux.

Voici la casquette retrouvée chez la septuagénaire.

«Depuis, l’enquête progresse et nous avons été en mesure de relier ce dossier à deux autres événements ayant un modus operandi similaire», raconte le porte-parole du SPVQ, David Poitras.

Le premier événement est survenu en août 2011 dans le secteur de Cap-Rouge, la victime dans cette affaire était âgée dans la quarantaine. Le second événement est survenu en octobre 2013 dans le secteur de Sillery, et la victime était alors âgée de 90 ans.

«Dans tous les cas, les crimes se déroulent la nuit, et le suspect, un homme de race blanche, s’introduit dans une résidence dont un accès est déverrouillé. Le suspect profite du fait que les victimes dorment seules et qu’elles soient vulnérables. Également, les résidences sont à proximité de pistes cyclables et/ou d’une voie ferrée. Le suspect tente de se masquer le visage et n’est pas armé lors de la commission des agressions», décrit l’agent Poitras.

Selon les enquêteurs, l’homme pourrait avoir habité les secteurs où ont été perpétrés les crimes. De par son comportement, le suspect pourrait avoir des rapports sociaux difficiles envers les femmes, probablement limités à celles de son entourage.

Ce masque en néoprène de style moto a été trouvé sur les lieux du crime perpétré en 2011.

Par ailleurs, dans le dossier d’août 2011, le suspect a laissé sur les lieux un masque en néoprène de style moto.

La Sûreté du Québec contribue à cette enquête dans le cadre du programme de Gestion des enquêtes de crimes en séries (GECS).

Le SPVQ soutient qu’il est possible que le suspect ait fait d’autres victimes n’ayant jamais dénoncé et la population est appelée à faire preuve de prudence. Toute information concernant le suspect ou ces événements doit être transmise au Service de police en composant le 9-1-1 pour une intervention immédiate. Pour transmettre une information qui sera traitée de façon confidentielle, composez le 418-641-AGIR (2447).

Publicité

À lire aussi