Sections

Un guitariste neufchâtelois écouté à l’international

Publié le 2 septembre 2017

Le neufchâtelois Guy Bergeron, guitariste et producteur.

©(Photo TC Media – Geoffré Samson)

MUSIQUE. Le musicien et compositeur de Neufchâtel Guy Bergeron présente son nouvel album Car Ride. L’amalgame de guitare classique et de violon rappelle des mélodies du folklore irlandais. La promenade proposée par les musiciens sera à la fois douce, envoûtante et mélancolique.

Par Geoffré Samson

Le compositeur mentionne que la pièce titre lui rappelle la sensation d’être en voiture sur une route de campagne. « Je vois ça comme une route qui change de la gravelle, à l’asphalte. On va vite, puis lentement. Cette chanson a plusieurs variations », explique M. Bergeron.

Musicien de métier, il vit de son art depuis plus de 30 ans. Il enseigne différents instruments et est aussi producteur. Plusieurs fois par mois, il accueille des artistes dans son studio installé à sa résidence. C’est lors d’un enregistrement qu’il rencontre sa collaboratrice, Christelle Cotnam. La chimie avec la violoniste s’est faite naturellement, « tout comme le ressenti et l’harmonie retrouvée dans les chansons », ajoute-t-il.

Contrairement à d’autres mariages musicaux, le violon et la guitare se complémentent. Selon M. Bergeron, c’est un mélange parfait, car les musiciens peuvent jouer ensemble, sans effacer la mélodie de l’autre.

Influences

Amateur de jazz depuis de nombreuses années, l’artiste dit ne pas favoriser les mélodies populaires qui n’ont que trois accords. Il apprécie davantage les styles impressionnistes, comme Ravel, et admire Paul Metheny, un guitariste qui présente plus de 200 concerts par an depuis plus de quatre décennies.

Distribution

Sous l’étiquette de la maison de disque BOGHEI, sa musique est entendue dans de nombreux pays. Un avantage pour le musicien, car il n’y a pas de paroles, donc aucune barrière linguistique. D’ailleurs, de nombreux musiciens amateurs et professionnels font des reprises de ses chansons, dont plusieurs sur le site YouTube. La complexité technique et la justesse de ses mélodies inspirent certains professeurs de musique à enseigner ses compositions.

Rétribution équitable

Selon lui, le piratage est dépassé, ce sont les canaux de transmission en continu (streaming) qui devraient être réglementés, car les dividendes et les droits d’auteurs sont insuffisants. « Ceci est ma seule revendication, mais je n’arrêterai pas de faire de la musique pour autant. C’est ma vie », conclut le guitariste de Neufchâtel.