Sections

KWE: Un événement pour connaître le peuple autochtone

Publié le 1 septembre 2017

Le ministre Luc Dumont, les Chefs Ghislain Picard et Conrad Sioui, en compagnie du porte-parole de KWE, le Dr Stanley Vollant.

©(Photo TC Media – Geoffré Samson)

DIVERSITÉ. En langue algonquine, le mot « kwe » signifie bonjour. KWE est aussi un événement unique et rassembleur qui permet de rencontrer et d'en apprendre sur les 11 nations autochtones du Québec. Un métissage de musique, de danse et d'échange lors d'un événement coloré à la Place de l'Assemblée-Nationale, dans le Vieux-Québec, du 1er au 3 septembre.

Par Geoffré Samson

Le Grand Chef de la Nation huronne-wendat, Konrad Sioui, le Chef régional Ghislain Picard et le porte-parole de KWE, le Dr Stanley Vollant, ont annoncé une programmation axée sur la diversité et le respect de la différence, qui sera présentée devant la fontaine de Tourny, à Québec.

Durant le week-end, de nombreuses activités seront offertes, dont l'apprentissage d'une langue autochtone dans l'atelier Parlons Wendat, il y aura des dégustations de spécialités culinaires préparées par le restaurant La Traite, de Wendake. Un espace créatif sera aménagé pour les tout-petits, en plus d'avoir des contes et légendes qui leur seront racontés. Plusieurs spectacles musicaux sont offerts durant les festivités, dont celui d'Elisapie, le groupe KXO en compagnie du rappeur innu Shauït, Barbara Diabo avec les Buffalo Hat Singers qui feront des danses aux cerceaux, ainsi que plusieurs autres artistes. La clôture de l'événement sera soulignée avec le groupe Loco Locass qui partagera la scène avec la poétesse innue Natashe Kanapé, aussi chanteuse et slameuse.

Le Dr Stanley Vollant est porte-parole de l'événement. Il mentionne que KWE permet de mettre la richesse, l'histoire et la culture autochtone de l'avant. « On peut ainsi partager afin d'éviter de vivre séparé », ajoute-t-il.

Konrad Sioui a fait un parallèle entre l'arrivée de Jacques Cartier en 1634 et la société d'aujourd'hui. « À l'époque, personne n’a passé le test de la première rencontre quand Cartier a mis le pied sur les terres occupées par notre peuple. Plus de 350 ans plus tard, l'acceptation de la différence fait maintenant partie de notre réalité », conclut le Grand Chef.