Sections

Quand la passion devient la carrière

Publié le 18 août 2017

Le groupe Des Sourcils, qui a vu le jour en 2012, se compose d’Alexis Taillon-Pellerin, Mathias Berry et Antoine Angers.

©Photo gracieuseté – Étienne Béland

MUSIQUE. Comment parvenir à faire de notre passion notre travail? Le chemin pour y arriver n’est pas si simple, particulièrement dans le domaine de la musique. Il faut souvent user d’ouverture, et savoir sauter sur les occasions lorsqu’elles se présentent. C’est ce qu’ont fait les membres du groupe jazz manouche, Des Sourcils.

Par Mona Lechasseur

La clé de la réussite: la polyvalence. Il n’est pas rare de voir des musiciens et des groupes collaborer ensemble pour y parvenir. En effet, les musiciens participent librement à différents projets artistiques. Souvent, ils ne font donc pas partie d’un seul groupe. «C’est monnaie courante, en raison du nombre restreint de musiciens professionnels», explique Alexis Taillon-Pellerin, contrebassiste du groupe.

Les passionnés de musique arrivent à vivre de leur passion par divers autres moyens. «En plus de collaborer avec d’autres groupes sur différents projets, certains musiciens enseignent la musique dans des écoles et en privé, poursuit M. Taillon-Pellerin. D’autres font des compositions musicales. Certains aussi travaillent dans le milieu du divertissement, offrant des prestations dans des mariages et des soirées corporatives.» C’est donc la polyvalence des musiciens qui leur permet, la majorité du temps, de vivre de leur passion.

Des Sourcils était en prestation au <@Ri>Festival Jazz etcetera<@$p> de Lévis, qui a eu lieu du 10 au 13 août dernier. C’était leur troisième participation en carrière. Cette année, ils ont eu le plaisir de jouer sur l’une des scènes principales avec le violoniste Sylvain Nault (The Lost Fingers). Les spectateurs ont pu entendre un style vivant et très festif.  Il y a de ces moments sur scène durant lesquels on sent que la magie opère… qu’une connexion directe entre les musiciens et les spectateurs se crée grâce à la musique, explique M. Taillon-Pellerin. C’est précisément cette magie si difficile à décrire qui donne à notre métier tout son sens !»

Cet automne, le trio se concentrera sur l’écriture de leur tout premier album original. Ils proposeront des compositions dans l’esprit du jazz manouche, et espèrent le présenter en 2018. Assurément, ce nouveau projet contribuera à leur permettre de vivre de leur passion.

Qu’est-ce que le jazz manouche?

Un style né en France dans les années 1930 et été popularisé par Django Reinhardt. Il se caractérise par un son très rythmé assuré par deux guitares et une contrebasse, sans percussions, cuivres et bois.