Sections

Une chute aux vestiges archéologiques

Publié le 10 août 2017

Des fossils pouvant être observes au Centre d’interprétation de la chute Koubir Kouba.

©(Photo TC Media – Geoffré Samson)

CULTURE. La chute Kabir Kouba et le parc de la Falaise à Wendake regorgent d’histoire et de nouvelles découvertes. Lieu de rencontre des Basses-terres du Saint-Laurent et du Bouclier canadien, les vestiges du passé sont encore bien présents.

Par Geoffré Samson

Le Centre d’interprétation de la chute, situé au cœur de l’ancienne municipalité de Loretteville, permet de comprendre l’évolution, la géologie et de voir des fossiles datant de plus de 455 millions d’années se trouvant aux abords de la rivière Saint-Charles. Le dépaysement procuré par le site, la faune, les insectes, ainsi que l’histoire imprégnée dans les rochers, est un complément à la splendeur de la chute.

En juin dernier, la Ville de Québec a ajouté de nouveaux équipements d’interprétation sur le belvédère, permettant d’en apprendre davantage sur le passé historique et industriel du site, alors qu’il y avait des moulins à farine, à scie et à papier, ainsi qu’une centrale hydroélectrique.

Lors de visites guidées, les animateurs du centre racontent les légendes des ancêtres à propos de la chute et de ses environs. Le 13 août prochain, des personnages historiques seront présents à travers les différents sites, dont la chute Kabir Kouba. Accompagnés d’un jésuite, les visiteurs en apprendront davantage sur les Premières Nations. Ils rencontreront un meunier du 18e siècle, ainsi qu’une paysanne et une Amérindienne huronne-wendat. Les personnages parleront de leur mode de vie, lors d’un parcours culturel d’une quarantaine de minutes.

Au parc Jean-Roger-Durand de Loretteville, la Fête champêtre « Au temps des moulins » offrira une journée remplie d’activités pour toute la famille. Une expérience multiculturelle dans une ambiance festive et musicale. Une démonstration et un atelier de danse celtique y seront présentés, en plus de nombreuses activités dont des jeux d’adresse d’antan. Une surprise musicale sera entendue lors de cette journée, et les organisateurs promettent que ça va « swinger ». 

Ces activités ont pour but de rapprocher les différentes communautés et de permettre une ouverture vers d’autres cultures et nos ancêtres. « Ce sera le lieu où de riches rencontres se feront, et un endroit où les préjugés envers les Amérindiens deviendront choses du passé », conclut Jérémy du centre d’interprétation.