Le tracel personnage central d'un recueil de nouvelles

Ouvrage «Des trains y passent encore» de Stéphane Ledien

L'auteur Stéphane Ledien a toujours été émerveillé par le tracel de Cap-Rouge.

LITTÉRATURE. Auteur de nouvelles et de romans teintés de mystère, le journaliste Stéphane Ledien a toujours été fasciné par la présence du tracel ferroviaire au cœur de Cap-Rouge. Il en a fait un personnage central dans son plus récent ouvrage intitulé «Des trains y passent encore».

Publicité

Partie intégrante d'un segment de voie ferrée reliant Moncton à Winnipeg, cet étonnant pont ferroviaire, reconnu site historique national de génie civil, figure parmi les plus longs et les plus élevés au monde. L'infrastructure a inspiré à l'écrivain des nouvelles émouvantes, étranges ou inquiétantes, qui se déroulent autour de ses piliers.

Se disant émerveillé par le géant de fer qui, depuis plus de 100 ans, se dresse à l'ouest de Québec et surplombe la vallée de Cap-Rouge, le chroniqueur culturel et spécialiste des romans policiers s'est laissé transporter dans le temps. Il a imaginé 12 courtes histoires suscitant l'intrigue, la magie, les voyages et la nostalgie.

L'infrastructure centenaire est au coeur du recueil de nouvelles.

«Parées d'accents de conte, de légende et de roman noir, ces nouvelles ravivent dans certains cas les souvenirs d'un passé enchanté, où on s'ébahissait de la découverte de contrées différentes et du passage d'un train dans la nuit. D'autres, au contraire, racontent le vertige et la désillusion du monde, à petite ou grande échelle», décrit Stéphane Ledien dans un résumé de l'œuvre.

Sorte de périple à travers les époques, ce recueil suit la trace des destinées de différents protagonistes autour d'un thème principal. Au fil des pages, le tracel s'impose tantôt comme un motif architectural récurrent, tantôt comme un personnage gigantesque et monumental en toile de fond.

Le livre «Des trains y passent encore» est vendu 22$ en librairie.

TC Media

Publicité

À lire aussi