En avant la musique!

Collège François-de-Laval

Publié le 12 septembre 2016

ENSEIGNEMENT. Le Collège François-de-Laval a récemment procédé à l'inauguration de ses toutes nouvelles installations musicales à la fine pointe de la technologie, un investissement de 650 000$. Selon la direction, l'offre artistique est maintenant complète.

La surface d'enseignement de 560 mètres carrés se nommera Centre d'enseignement et de production musicale Jean-Claude-Duchesneau, en hommage à l'important legs testamentaire de l'élève de la promotion 1955. «Nous avions ce projet dans le collimateur depuis de nombreuses années. Sans son don, on l'aurait probablement fait aussi, mais on aurait dû trouver des moyens de le financer sur plusieurs années. Il a vu nos installations précédentes alors qu'il était malade. Il aurait aimé nous aider de son vivant», a expliqué le directeur du Collège, Marc Dallaire. Jean-Claude Duchesneau est décédé au printemps dernier.

Selon M. Dallaire, le projet a nécessité des investissements d'environ 650 000$ et vient compléter l'offre artistique pour les élèves. «Avec le centre de production multimédia et le centre d'enseignement et de création musical, on complète l'offre des arts de la scène. C'est la dernière brique qu'il manquait pour les jeunes qui veulent se lancer dans les arts de la scène. La prochaine phase va être de se maintenir à la fine pointe de la technologie.»

Ce centre, un plateau de tournage professionnel avec neuf salles de montage, sera accompagné de nombreuses salles de pratique, de classe et de production musicale, un aspect important de la musique d'aujourd'hui selon le directeur.

S'adapter à la réalité d'aujourd'hui

Pour Steve Barakatt, musicien et producteur réputé, la volonté du Collège de se moderniser rendra un grand service à la relève de la ville de Québec. «Le collège s'est adapté à la réalité de la musique. Dès le départ du projet, j'ai senti que l'organisation voulait donner l'accès à la réalité de la musique d'aujourd'hui à ses élèves», a affirmé celui qui a été consulté par la direction pour son expertise.

«La technologie est un aspect hyper important de la musique en 2016. L'équipement ici est de calibre professionnel, ce qui permettra aux élèves de devenir de bons musiciens, mais aussi de comprendre le monde dans lequel vivront ceux qui deviendront musiciens professionnels», a ajouté celui qui aurait souhaité qu'il y ait de telles installations à son époque.

Le comédien Martin Laroche, ancien du Collège jadis connu comme le Petit Séminaire de Québec, s'est dit très heureux des nouvelles installations de l'endroit qui a eu un rôle déterminant dans sa carrière. «L'ancienne Salle des promotions a eu un grand impact sur ma carrière. J'espère que les nouvelles installations vont faire la même chose pour les jeunes musiciens» a dit l'ancien membre de l'harmonie et d'un groupe de jazz du Petit Séminaire.

Celui qui se rappelle les petits locaux sans fenêtre de son époque s'est dit ravi de l'investissement en culture, domaine, qui selon lui, est souvent laissé pour contre en comparaison à d'autres.

Québec Hebdo