Sections

Les défis des microbrasseries d'ici

Publié le 29 août 2017

Quelques activités brassicoles sont organisées annuellement par différents organismes

BIÈRE. Dans un marché en plein essor, la créativité et l'innovation des brasseurs de bières artisanales de Québec sont des qualités cruciales pour se démarquer. Le mouvement Je bois local a été créé dans la foulée du Festibière de Québec pour encourager les microbrasseries d’ici et de faire connaître les artisans de chez nous. 

Par Geoffré Samson

Quelques activités brassicoles sont organisées annuellement par différents organismes, offrant une tribune aux entreprises québécoises. Le Festibière est l'un de ces événements, qui rassemble une cinquantaine de microbrasseries du Québec, dont une dizaine de la région.

Vendre la bière des autres

De nombreuses brasseries ont pignon sur rue dans la région, dont la Boîte à Malt, située à Saint-Nicolas. Le propriétaire, Steve Castonguay, dit avoir débuté en vendant les bières d'autres microbrasseries pendant près de 6 mois. Ensuite, le pub proposait quelques-unes de ses propres créations. Aujourd'hui, La Boîte à Malt en produit une douzaine, offrant ainsi une variété de produits. La réalité de vendre la « bière des autres » est celle de plusieurs. Ces microbrasseries désirent se démarquer par leur variété. 

L’usine de bière

La Souche est dans le secteur de Limoilou depuis 2012. L’entreprise a aussi débuté en vendant d’autres marques de bière pendant près d’un an. Produisant leurs bières depuis plus de 4 ans, les responsables ont décidé d'élargir leur production en faisant l'acquisition d'un nouvel établissement, en plus d'une usine à Stoneham. Avec leur permis industriel, leurs produits peuvent dorénavant se retrouver dans les bars, les restaurants et certains détaillants épiciers et spécialistes. L'entrepreneur Philippe Jacques et ses partenaires d'affaires ont décidé d'utiliser un chemin peu commun en investissant moins de capitaux au début du projet. Ils ont démarré leur usine: la Brasserie Générale. « Notre marge de profit est moindre, car nous n'avons pas de restaurant ou de pub. Cependant, notre marché est plus grand », explique le copropriétaire.

En effet, leur marque est vendue dans 350 points de vente de la province. La Brasserie Générale veut devenir un modèle, comme on retrouve dans les grandes villes des États-Unis. Afin d'optimiser l’expérience-client, ils ouvriront un Salon de dégustation de bières l'hiver prochain. Cet ajout permettra aux visiteurs de goûter leurs produits, à l'intérieur de leur entreprise. 

La patience porte fruit

En affaire depuis 9 ans, Martin Vaillancourt a toujours offert sa propre bière depuis l’ouverture de sa microbrasserie lévisienne: Le Corsaire. Devenu maître brasseur en Angleterre, son style se démarque des autres brasseurs. D’ailleurs, sa marque « Kirk » est devenue la référence mondiale en août dernier, remportant le titre du style « session bitter » au World Beer Awards, à Londres. D'ici 2018, la microbrasserie de Lévis exportera ses produits sur le continent européen, mais M. Vaillancourt ne désire pas en dire davantage pour le moment.

Ces quelques microbrasseries se rassembleront à nouveau lors du Festival des Brasseurs et Artisans de Québec. Le week-end du 8 septembre sera l'occasion de rencontrer 14 entreprises de la région, et pouvoir dire « Je bois local ».