La Société de Saint-Vincent de Paul dévoile son événement-bénéfice


Publié le 20 février 2014
Les gouverneurs de l’événement-bénéfice, de gauche à droite : Marie-Josée Laflamme, Claudette Hethrington, Jean-Marc Vaillancourt, Guillaume Rioux, Yvon Bussières, Michèle Roussin, Pierre Morissette, Richard Girard, Chantal Godin, Raymond Lévesque, Claude Rousseau (absent), Sylvie Larouche (absente) et Francis Normand (absent).
(Photo Danielle Galarneau)

Chaque année, la Société de Saint-Vincent de Paul de Québec (SSVPQ) organise un événement-bénéfice avec encan, pour continuer son objectif. La SSVPQ aide les plus démunis en subvenant à leurs besoins. Pour l’édition 2014, le souper aura lieu le 9 avril à 17h à l’Hôtel Delta Québec.

L’événement-bénéfice désire sensibiliser la population à la réalité grandissante de la pauvreté et de l’exclusion sociale dans la région. L’objectif est d’amasser 100 000$ pour la Société. 60 % des fonds iront au rafraîchissement des roulottes le Marginal et la Bohème.

Jean-Marc Vaillancourt, président de la SSVPQ, tient à préciser l’importance de ces roulottes dans les milieux défavorisés : «C’est un service essentiel, ça fait 20 ans que trois fois par semaine, nous nous rendons dans les milieux défavorisés pour subvenir aux besoins des gens défavorisés. Nous leur donnons des vêtements, de la nourriture, des sacs de couchage et de l’information. C’est 4000 visites!»

20% des fonds recueillis iront en aide aux points de service qui se trouvent un peu partout dans la région : «Il y a des points service en milieu défavorisé, nous devons donc les aider à aider les gens», souligne le président de la SSVPQ.

Enfin, le dernier 20% ira au programme Opération Bonne Mine (OBM) dont l’objectif est de défrayer les frais de scolarité pour les jeunes qui ne peuvent se les permettre. Jean-Marc Vaillancourt stipule que la SSVPQ veut envoyer les jeunes qui ont la volonté d’apprendre et de s’instruire qui proviennent des milieux défavorisés.

Porte-Parole de l’événement, Guillaume Rioux, joueur étoile du Rouge et Or football se dit choyé d’avoir ce titre pour un événement de ce genre : «Je me sens privilégié. Ça nous donne une opportunité de nous impliquer. Si je peux aider l’organisme à aider les gens dans le besoin, ça me fait plaisir de le faire.»

La Société désire créer des liens durables avec le milieu des affaires. De plus, l’événement a pour but de faire connaître la SSVPQ dans la région de Québec.

Pour ce qui est de l’encan, plusieurs objets de valeurs seront mis aux enchères, notamment un chandail de Patrice Bergeron lorsque celui-ci avait fait partie de l’équipe gagnante de la Coupe Stanley.

L’an dernier, la SSVPQ avait réalisé un profit de 41 000 $ lors de la tenue de l’événement-bénéfice.