Un parcours entrepreneurial hors du commun au Collège François-de-Laval


Publié le 17 février 2014
De gauche à droite : Marc Dallaire, Juan Riveros, ancien élève et président du Fonds dédié à l'entrepreneuriat, Anne Marcotte, Alain Aubut, PDG de la Fondation de l’entrepreneurship, et Alain Kirouac, chef de la direction de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec.
(Photo Sébastien Parent-Racine)

Le Québec est en manque d’entrepreneurs. C’est ce que constate le Collège François-de-Laval. Ceux-ci ont mis sur pied un cheminement académique des plus enrichis pour les entrepreneurs de demain. Tout au long du collège, les jeunes pourront compter sur des passionnés du domaine, des stages, des visites industrielles et plusieurs autres activités.

«Au Québec, 25% des jeunes veulent se lancer en affaires, mais c’est seulement 5% d’entre eux qui relèvent vraiment ce défi», souligne Anne Marcotte, conférencière et entrepreneure. Le but de ce programme est d’éveiller l’entrepreneur qui dort en l’élève. Avec un cheminement comme celui-ci, les élèves qui termineront un secondaire cinq recevront une attestation confirmant l’acquisition des aptitudes et compétences entrepreneuriales et financières s’y rattachant.

Le directeur général du Collège, Marc Dallaire croit pouvoir créer un domaine d’études qui rehaussera le nombre d’entrepreneurs dans la province : «Nous voulons allumer l’étincelle, cette étincelle qui attise la passion des affaires. Nous voulons provoquer es rencontres avec des personnalités devenues l’incarnation des valeurs de persévérance, de réussite, d’acharnement et d’audace et qui pourront inspirer nos élèves.»

Les étudiants de ce domaine pourront profiter de plusieurs outils essentiels à leur cheminement. Ceux-ci vont bénéficier de conférences livrées par de grandes personnes du domaine, de stages en entreprises coordonnés par la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, d’implantation d’une coopérative scolaire, de la gestion de la caisse étudiante, de séances d’initiation à la bourse et autres.

Plusieurs partenaires ont souligné l’importance de créer un programme comme celui-ci. Selon eux, le Québec de demain est en grande nécessité d’entrepreneurs. Les emplois seront nombreux.