Le bar Artéfact se renouvelle

Le chef exécutif, Julien Ouellet, derrière le bar à huîtres de l’Artéfact.

RESTAURATION. L’Auberge Saint-Antoine a revu la carte de son bar Artéfact après avoir transformé le Panache en Chez Muffy.

Publicité

Le bar Artéfact porte bien son nom puisqu’il est décoré d’objets retrouvés lors de l’excavation qui a été faite pour aménager le bar. Bouteilles et autres objets sont exposés dans les murs à l’arrière des tables, à la vue des férus d’histoire.

Le chef exécutif, Julien Ouellet, explique que l’Artéfact pourra mieux desservir les visiteurs de l’auberge en transit. «C’est un espace où il peuvent prendre un petit truc vite avant de partir, ou encore prendre l’apéro avant d’aller souper», souligne-t-il. L’idée est de casser l’image que le bar, auparavant le café-bar, est le «deuxième restaurant» de l’auberge.

Pour marquer le coup de cette ouverture officielle, le bar Artéfact offre son bar à huîtres pour la saison. «On a aussi beaucoup de planches qu’on peut prendre à deux, à quatre ou même à huit. Ce sont des choses qui se partagent très bien avec un cocktail», résume le chef Ouellet. Tapas, olives marinées maison, burger, et autres passe-partout complètent le menu.

Locavore

Bien sûr, le Québec est mis à l’honneur dans tous les plats. «Chez nous, c’est de la ferme à la fourchette, et on respecte ça au maximum. Nos charcuteries en ce moment viennent du Cochon Tout Rond en Estrie, le cochon provient des Îles-de-la-Madeleine, c’est un super beau produit d’artisan», se réjouit-il. «On est vraiment locavore, on essaie de se rapprocher des producteurs locaux.»

Des cocktails éclatés

Le chef exécutif vante également les mérites de son jeune collègue mixologue, Sébastien Cliche-Roy, qui produit des cocktails «éclatés». «On s’entend bien et on essaie de développer ensemble des cocktails qui sortent de l’ordinaire, qui sont funky», expose-t-il.

La mission cocktail du bar Artéfact est une priorité pour le chef exécutif. «Depuis environ cinq, on a senti que le cocktail a vraiment fait sa place en restauration. Aujourd’hui, on ne peut plus passer à côté.»

Cocktail signature: Le Québec 75

De passage au lancement du bar Artéfact, Québec Hebdo a pu tremper ses lèvres à la coupe du cocktail signature, le Québec 75. «C’est un twist sur le French 75 qui est un cocktail classique français. Dans notre version, nous avons utilisé le mousseux Ces Petits Imprévus, du jus de citron Meyer, qui est un citron plus doux que le régulier, le gin Saint-Laurent et un sirop au poivre des dunes assez bien épicé. C’est un cocktail qui se marie bien avec les huîtres, assez iodé avec les algues du gin Saint-Laurent et le citron Meyer», décrit le mixologue Sébastien Cliche-Roy. 

Publicité

À lire aussi