Sections

Des champignons sauvages potentiellement toxiques dans la région

La Direction de santé publique met en garde la population 


Publié le 25 septembre 2017

Faites attention aux champignons sur votre terrain.

Un enfant a été surpris à ingérer des champignons sauvages non identifiés et potentiellement toxiques dans la région de Québec. 

Les champignons ont été retirés du terrain. La Direction de santé publique du CIUSSS de la Capitale-Nationale, en collaboration avec le Centre antipoison du Québec, rappelle toutefois les recommandations à suivre pour éviter des intoxications potentiellement graves associées aux champignons sauvages.

La Direction de santé publique recommande :

 Éviter de consommer des champignons sauvages, à moins qu’ils n’aient été formellement identifiés par un expert. Certains de ces champignons sont mortels et peuvent facilement être confondus avec des champignons comestibles.

 Dans les endroits où se trouvent des champignons sauvages, les jeunes enfants devraient toujours être sous surveillance afin d’éviter qu’ils s’intoxiquent accidentellement en les avalant.

 Détruisez les champignons qui poussent sur vos pelouses, votre paillis et dans vos jardins, en particulier si vous avez de jeunes enfants et n’êtes pas en mesure d’identifier formellement les champignons.

 Contactez le Centre antipoison du Québec au 1 800 463-5060 pour une aide immédiate dans le cas où vous soupçonnez une intoxication aux champignons.

 En cas de symptômes inhabituels, rendez-vous dans une des salles d'urgence de la région de la Capitale-Nationale et emportez un champignon frais pour aider à l’identification du spécimen. Des photos numériques, avec un éclairage suffisant, et de multiples vues selon différents angles peuvent aussi aider à l’identification du champignon.

Les symptômes d’intoxication peuvent parfois apparaître plusieurs heures après l’ingestion d’un champignon sauvage. Pour certains champignons, un seul chapeau peut être suffisant pour provoquer une intoxication sévère. Chaque année, le Centre antipoison du Québec (CAPQ) reçoit environ 500 appels pour des cas d’intoxication soupçonnée reliée aux champignons dans l’ensemble des régions de la province, et ce, du printemps jusqu’au gel du sol.

Parmi les diverses espèces de champignons qui poussent au Québec, la présence d’espèces vénéneuses, telles que la Galérine automnale ou différentes espèces d’Amanites, obligent à prendre des précautions de base. Ces espèces peuvent parfois apparaître dans les parcs et même sur votre pelouse ou le paillis de bois, près de votre résidence.

Source: CIUSSS de la Capitale-Nationale