Sections

Planter pour stabiliser les berges


Publié le 23 septembre 2017

L'équipe de l'APEL faisant un aménagement d'herbacés et d'arbustes.

©(Photo gracieuseté)

ENVIRONNEMENT. Plus de 160 riverains de la rivière Lorette ont été approchés par des agents de sensibilisation dans le cadre du nouveau programme de renaturalisation spécifique à leur secteur, offert par l'Association pour la protection de l'environnement et des Marais du Nord (APEL). Moins que le tiers des citoyens a accepté d'y participer.

L'APEL a réalisé 26 plans d'aménagements, permettant la plantation de 1036 végétaux d'y être plantés. Au printemps prochain, plus de 8151 plantations seront effectuées auprès de 22 citoyens situés près des berges. Ces plans comportent des herbacés, des arbustes et quelques arbres qui sont moins populaires, selon la directrice générale de l'APEL, Mélanie Deslongchamps.

Cette initiative de la Ville de Québec fait suite au rapport du Bureau d'audience publique (BAPE) déposé en décembre 2016. Ce document explique les mesures permanentes pour contrer les inondations dans ce secteur de la rivière, une problématique récurrente.

Les travaux de réaménagement, sur une distance de 4km, consistent à l'installation de murs anti-crues, du déboisement et de l'excavation, en plus de la revégétalisation des rives, c'est à ce niveau que l'organisme APEL intervient.

« Ces plantations ont l'objectif de stabiliser les berges. En plantant, les racines créeront une barrière qui réduira ou arrêtera l'érosion », explique la gestionnaire. De plus, les fleurs et les arbres fruitiers peuvent attirer une variété d'oiseaux, ajoute-t-elle.

Selon Mme Deslongchamps, la Ville de Québec est très heureuse du résultat, malgré que seulement 48 résidents sur les 160 approchés aient accepté le plan de renaturalisation. La directrice espère toutefois que les riverains n'ayant pas été favorables au projet cette année le seront en 2018.

Cette sensibilisation semble animer l'écoresponsabilité de la population. L'APEL mentionne que 3400 végétaux ont trouvé preneurs lors de leurs trois activités de distribution. Ces 176 citoyens ont planté 204 herbacés, 1820 arbustes et 236 arbres partout dans le bassin versant de la prise d’eau potable de la rivière Saint-Charles.

D'ici la fin de l'automne, l’équipe de l’APEL fera une dernière campagne de prélèvement d'échantillons sur les lacs de la région. La caractérisation de plusieurs espèces d'organismes marins présents dans un cours d'eau permet d'en connaître davantage sur la qualité des habitats.