Sections

Les travaux sur Jacques-Bédard dérangent


Publié le 22 septembre 2017

La circulation du midi en alternance cause des bouchons importants.

©(Photo TC Media – Geoffré Samson)

TRAVAUX. Depuis plus de 5 ans, les travaux sur la rue Jacques-Bédard à Lac-Saint-Charles, irritent de nombreux commerçants. Affectés par une baisse importante de leur clientèle, cela a un impact direct sur la gestion et la viabilité de leurs entreprises.

Depuis le début août, la réfection de la chaussée est au menu, avec un ajout de trottoirs. Selon les renseignements obtenus par la Ville de Québec, ces travaux se termineront vers le 17 octobre.

Le propriétaire du marché IGA, Michel Rhéaume, mentionne que les travaux de 2016 devaient durer six semaines, mais ça a pris 3 mois. « Avec ce retard, nous avons doublé nos efforts jusqu'en avril dernier, afin de récupérer la perte de revenus pendant les travaux. Cette année, on devra se retrousser à nouveau les manches jusqu'en mai 2018 », dénonce l'épicier. Il ajoute qu'un litige avec l'entrepreneur avait été la raison du report de l'échéancier.

Au cours des dernières années, il y a eu des travaux liés à l'aqueduc, la construction du pont, en plus d'un asphaltage temporaire et de l'installation de filage par une compagnie de télécommunication.

Pour la propriétaire du restaurant Eldorado, Hélène Bédard, évalue sa baisse de revenus à 20%, depuis 2010. « Parfois, j'ai le sentiment que la Ville désire que nos commerces meurent », déplore la restauratrice.

Les semaines durant le jour, la circulation se fait en alternance, avec la présence d'un signaleur. Cette situation crée de la congestion aux extrémités du chantier. Ce n'est qu'à compter de 16h que le passage des véhicules est permis sur deux voies.

« L'unique point positif durant les présents travaux c'est que l'entrepreneur a un souci de la propreté, il y a beaucoup moins de poussière », mentionne Mme Bédard. C'est aussi un aspect que M. Rhéaume a remarqué, mais sa crainte demeure une hausse de l'engorgement lorsque les trottoirs seront coulés.

Certaines plaintes de commerçants ont été formulées auprès de l'arrondissement, mais elles dateraient de 2012.

Entretemps, les commerçants de la rue Jacques-Bédard remercient leur clientèle pour sa fidélité, car il serait facile d'aller ailleurs, vu les inconvénients pour se déplacer dans le quartier.