Sections

Les résidents de la rue Montmorency aux aguets


Publié le 22 septembre 2017

Les capteurs de la Sûreté du Québec sont installés près du corridor des travaux.

©(Photo gracieuseté)

SÉCURITÉ. Depuis les dernières semaines, la vitesse et la circulation de la rue Montmorency sont des sujets de conversation et de discorde, à Boischatel. En plus des lecteurs de vitesse déjà installés à chaque extrémité de la rue, la Sûreté du Québec a fait installer des lecteurs de circulation afin d’évaluer l’achalandage, mais ils sont situés au même endroit où des travaux publics sont entrepris.

Après avoir constaté cette situation, le résident Normand Despins a fait parvenir un courriel au maire de Boischatel, Yves Germain. Il a envoyé des photos et cette remarque: « Certains diront que c’est un manque de planification, d’autres diront que c’est un coup monté, et les plus optimistes diront que c’est la solution trouvée par la Ville de Boischatel, pour rendre la rue Montmorency sécuritaire ».

La voie direction sud de la rue Montmorency est bloquée durant les travaux.
(Photo gracieuseté)

La réplique de M. Germain a été immédiate, qualifiant la situation de « malheureux incident ». Le maire a effectué les vérifications auprès de sa municipalité, et a mentionné que la réfection de bordures de rue fait l’objet de planification annuelle du Service des Travaux publics. Ces travaux doivent être réalisés avant les changements de température, et selon les disponibilités du personnel.

Le sergent Ghislain Harnois, de la Sûreté du Québec, a pris la décision de prolonger l’étude de circulation jusqu’au 29 septembre, et ne retiendra pas les données recueillies avant le 25 septembre.

La mairie de Boischatel a tenu à assurer la population que cette situation a été causée par un conflit de planification. « Ces travaux étaient aussi nécessaires et attendus par les citoyens que l’étude de circulation elle-même », conclut Yves Germain.