Sections

Un camp d’été pédagogique pour éviter les retards d’apprentissage


Publié le 17 juillet 2017

L’approche ludique, le plaisir de lire et de bouger sont au cœur de la programmation du camp.

©(Photo TC Media – Archives)

ÉDUCATION. Lire et écrire : amusant, même en été? C’est le pari que fait la Commission scolaire de la Capitale (CSC) avec un tout premier camp d’été axé sur la lecture.

Le projet « Grands lecteurs, petits auteurs » vise à faire découvrir les lettres aux jeunes de première année pour qui l’introduction à l’écriture et à la lecture est plus ardue. Une quarantaine de jeunes, préalablement sélectionnés par les équipes-écoles, sont rejoints. Deux fois par semaine, des activités sont organisées dans les bibliothèques Gabrielle-Roy, au centre-ville, et Félix-Leclerc, dans le secteur Val-Bélair.

Le concept mis de l'avant en collaboration avec la Bibliothèque de Québec et le programme Vacances-Été (PVE) de la Ville s’inspire d’un projet similaire offert en Estrie. L’idée, c’est de profiter de la pause d’été pour consolider les apprentissages et éviter que la pause de deux mois provoque un recul des habiletés pour des élèves qui présentent des difficultés. « Notre intention est de briser le cycle du lecteur en difficulté et de redonner une motivation aux enfants qui, déjà après leur première année scolaire, terminent avec un retard en lecture », précise la conseillère pédagogique en français, Annie Pelletier.

Selon les résultats obtenus du projet-pilote, la volonté de la commission scolaire est d’étendre l’offre de camp de lecture à un plus grand nombre de participants dès l’an prochain.

TC Media