Sections

Fentanyl : «on se prépare à un été chaud à Québec»


Publié le 1 mai 2017

Les œuvres sont visibles à différents endroits dans Saint-Roch.

©Photo gracieuseté – Wartin Pantois

DROGUE. Le directeur général de Point de repères, Mario Gagnon, craint l’arrivée à Québec cet été du Fentanyl, cette drogue injectable 100 fois plus puissante que la morphine.

Le responsable de l’organisme dont la mission est de faire la promotion de la santé, de la prévention, de la dispense de soins et de services, en regard des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS), ainsi qu’en regard de la toxicomanie, se «prépare à une crise» avec le retour du temps chaud. «On est en contact avec nos collègues de l’Outaouais et de Montréal, où la drogue a déjà commencé à apparaître dans l’héroïne. On sait que les jeunes consommateurs pourraient amener la drogue à Québec cet été en voyageant», dit-il. En jasant avec des utilisateurs de drogues injectables et des gens du milieu, il sait également qu’il est possible de retrouver la drogue plutôt aisément sur le dark web. Pour l’instant, aucune surdose liée au Fentanyl n’a été constatée dans la capitale.

Le directeur général de Point de repères, Mario Gagnon.
TC Media - Archives

Et cette problématique survient alors que les coupes dans le milieu de la santé ont grandement affecté la qualité de vie des utilisateurs de drogues injectables. «Nous [Point de repères], on est chanceux, on n’a pas été coupés. Mais les coupes dans le réseau de la santé, ça fait que les services sont désorganisés et les gens ne savent plus où aller. Les gens ont faim. Il y a de plus en plus de soupes populaires», estime M. Gagnon.

Dans ce contexte, un Service d’injection supervisé (SIS) est toujours d’actualité, croit-il. Point de repères milite pour l’instauration d’un tel site depuis 2001. «L’appui à un tel projet a évolué au fil des ans, mais il est toujours en croissance, particulièrement depuis l’expérience de Vancouver, avec toutes les études positives qui se sont penchées sur l’expérience», avance-t-il.

Mario Gagnon s’est par ailleurs dit «très touché» par l’appui de l’artiste Wartin Pantois qui a installé des collages aux quatre coins de Saint-Roch en appui à un SIS, le week-end dernier.

Qu’est-ce que le dark web?

Le dark web est le contenu numérique qui existe sur des réseaux qui utilisent l’Internet public mais qui nécessite des logiciels particuliers, certaines configurations, ou des autorisations d’accès.  Le dark web forme une petite partie du web profond, qui représente les pages Internet qui ne sont pas indexées par des engins de recherche. Dans certains marchés du dark web, il est possible de se procurer des drogues illégales ou des armes prohibées, ou d’y retrouver de la pornographie juvénile. Source: Wikipedia