SRB : «Un autre beau gaspillage d’argent signé Régis Labeaume»


Publié le 20 avril 2017

Projection du boulevard Laurier après l'implantation du Service rapide par autobus (SRB), selon ce qui avait été prévu. (Photo gracieuseté)

TRANSPORTS. La chef de l’opposition de Québec, Anne Guérette, n’a pas hésité à critiquer le maire Régis Labeaume peu de temps après l’abandon du projet de Service rapide bus (SRB) sous sa forme actuelle, qualifiant cette saga de «beau gaspillage d’argent signé Régis Labeaume».

Démocratie Québec évalue à 15 M$ d’argent public investi dans la mobilité durable sous le règne de Régis Labeaume. «En ce qui concerne les plans de mobilité durable, on parle de 2 M$, l’étude faisabilité SRB-tramway, c’est presque 6 M$, et on ajoute à ça 6,5 M$ pour le bureau de projet sur lequel on allait confirmer 12,5 M$. Alors c’est un minimum de 15 M$ si on est conservateur», a-t-elle calculé.

Mme Guérette souligne également que beaucoup de ressources humaines à la Ville de Québec ont été affectées au déploiement du projet de SRB, pour la conception et l’aménagement. «Après 10 ans de pouvoir, on retourne à la case départ. C’est lamentable!»

La chef de Démocratie Québec rappelle que son parti est pour le développement du transport collectif dans la capitale. «Le plan de mobilité durable est un bon plan. Il dit en résumé qu’il faut augmenter les investissements pour améliorer le transport collectif et actif. Nous, on pousse là-dessus et rien n’a été fait», a-t-elle argué.

Mme Guérette reproche également au maire Labeaume d’entamer une troisième consultation publique sur le sujet depuis qu’il a été élu. «Nous, ça fait longtemps qu’on dit qu’il faut consulter en amont, et avancer tranquillement et sûrement, toujours vers l’avant, mais avec le maire Labeaume, on tourne en rond, et la congestion ne fait que croître», a-t-elle dit.

Mme Guérette demandait au maire d’abandonner le SRB, un projet qu’elle jugeait coûteux. «Oui, aujourd’hui, en se retirant, on limite les dégâts. IL a quand même 15 M$ jetés aux poubelles et ça c’est scandaleux et inacceptable», a-t-elle estimé.

Contrairement à Régis Labeaume qui a affirmé qu’il ne présentera pas de plan de mobilité durable et de transport en commun aux élections, Mme Guérette offrira une proposition à la population en novembre. «On travaille sur un plan de mobilité durable. Quand il sera prêt, ça nous fera plaisir de vous le présenter, aussitôt que possible. La mobilité durable c’est l’enjeu numéro 1 de la prochaine campagne», s’est-elle contentée de dire.

Concernant la position du maire Labeaume sur le tramway, qu’il ne veut pas remettre sur la table après l’échec vécu, Mme Guérette a critiqué les prises de position changeante de l’administration au pouvoir. «C’est encore une autre déclaration non réfléchie. Peut-être que dans deux semaines, il va dire le contraire», a-t-elle lancé.