Sections

Des souvenirs lointains et actuels de Charlesbourg

Le projet en images d’André Falardeau


Publié le 10 octobre 2017

Le St-Hubert de Charlesbourg en 1979.

©(Photo gracieuseté – St-Hubert)

HISTOIRE. Nostalgique et fier natif de Charlesbourg, André Falardeau a eu l’idée, en 2013, de lancer une page Facebook intitulée Charlesbourg hier et aujourd’hui et d’y publier quelques photos de temps en temps. 

Le même St-Hubert en 2017.
>(Photo TC Media – Charles Lalande)

«Au début, je me disais que si je pouvais rejoindre et divertir une cinquantaine de personnes, je serais bien content, se rappelle l’homme de 53 ans. Aujourd’hui, plus de 10 500 personnes aiment la page.»

Le Patro de Charlesbourg il y a belle lurette! M. Falardeau est lui-même un ancien du Patro.
(Photo tirée de Facebook – Charlesbourg hier et aujourd’hui)

Avant de quitter Charlesbourg en 1990, à l’âge de 26 ans, pour s’établir sur la Rive-Sud de Québec en compagnie de sa copine, devenue la mère de ses trois enfants, M. Falardeau a été camelot. Cet emploi de jeunesse lui a permis de connaître plusieurs résidents de Charlesbourg, chose qui a suscité cette vive passion pour le lieu où il est né et où il a grandi.

L’ancien hôtel de ville de Charlesbourg dans les années 80.
(Photo gracieuseté – André Falardeau)

Ses photos proviennent de ses collections personnelles, du photographe Jocelyn Paquet, des abonnés de sa page, d’Internet, etc. Il garde également un œil attentif sur eBay et Delcampe, des sites où il est possible de vendre et d’acheter une panoplie d’objets. Il y a trouvé notamment des cartes postales, des boîtes d’allumettes et des épinglettes.

André Falardeau, dans la cour arrière de ses parents, en 1971.
(Photo gracieuseté – André Falardeau)

Somme toute, ses publications obtiennent un très bon engagement de la part des anciens et actuels résidents de la ville devenue un arrondissement de la Ville de Québec en 2002.

«Monsieur Molle, c’est la crème glacée de notre enfance.»
(Crédit photo – Pierre Boivin)

«Je suis surpris du succès de la page, mais je suis très content. Les gens sont très attachés à leurs racines. Le sentiment d’appartenance a toutefois été, pour certaines personnes, un brin affecté. La démolition de l'église Sainte-Maria-Goretti [en mars 2016] et les condominiums qui poussent à vue d’œil ne font pas que des heureux», analyse-t-il.

Le St-Hubert de Charlesbourg en 1979.
(Photo gracieuseté – St-Hubert)

Questionné à savoir s’il était intéressé à développer son projet plus loin qu’une page Facebook, André Falardeau répond par la négative. Toutefois, si tout ce matériel pouvait lui rapporter une petite somme, il ne refuserait pas.