Près de 300 experts à Québec pour se pencher sur la radicalisation des jeunes sur internet


Publié le 25 mai 2016
Radicalisation
(©Depositphotos.com)

RADICALISATION. Jusqu'à 300 experts seront à Québec les 31 octobre et 1er novembre afin de se pencher sur le phénomène de la radicalisation lors d'une conférence internationale de l'UNESCO intitulée «Internet et la radicalisation des jeunes: prévenir, agir et vivre ensemble».

Cet événement se veut la suite d'une première réunion sur le thème de la lutte contre la radicalisation organisée par l'UNESCO en juin 2015. Les experts présents seront notamment issus d'organisations internationales, du milieu universitaire et de la société civile.

Le directeur de la division des sociétés du savoir de l'UNESCO, Indrajit Banerjee, croit que cette conférence entraînera des «résultats concrets» pour aider à lutter contre ce phénomène en croissance au cours des dernières années. «Ce qui est important de cette conférence, c'est qu'il y a vraiment un effort d'impliquer tout le monde. On a les gouvernements d'un côté, les jeunes de l'autre. Le secteur privé s'en mêle aussi pour lutter contre cette menace.»

M. Banerjee souligne qu'il s'agira d'une conférence plus «pratique» qu'académique. Des jeunes ayant notamment été victimes du phénomène seront sur place pour partager leur expérience.

Les experts seront issus de différents paliers gouvernementaux, d'organisations internationales, du secteur privé, du milieu universitaire et de la société civile, tous engagés à l'échelle planétaire.

«Le Québec profitera de cette conférence pour mettre en valeur la démarche québécoise qui vise à assurer la sécurité de nos citoyens, à mieux comprendre la radicalisation et à promouvoir le vivre ensemble. L'influence d'Internet dans le processus menant à la violence extrémiste chez les jeunes ne peut être passée sous silence. Il s'agit là d'un enjeu très préoccupant et c'est pourquoi nous avons choisi qu'il soit au cœur des échanges lors de cette conférence», a déclaré la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre.

Le coût pour cette conférence organisée au Centre des congrès s'élèvera jusqu'à 800 000$.

La radicalisation dans son ensemble

Bien que les actes terroristes de groupes islamistes radicaux et que la radicalisation de jeunes qui sont allés rejoindre de telles organisations ont souvent fait l'actualité dernièrement, cette conférence ne traitera pas d'un groupe en particulier. «On croit que la prévention s'applique à tous les groupes, à toute forme de radicalisation. Ça ne sert à rien de pointer du doigt un groupe en particulier, c'est un phénomène plus répandu que ça. On n'a qu'à penser au phénomène de gangs en Amérique latine ou à certaines réactions en Europe devant l'arrivée massive d'immigrants. On le voit plus largement dans la perspective de voir comment on peut utiliser les outils de communication et le savoir pour contrer toutes formes de radicalisation», explique M. Banerjee.