Agrile du frêne: la Ville poursuit ses efforts de détection précoce

Publié le 27 mai 2014
Le piège de l’agrile du frêne est une surface collante faite à base de margousier, sur laquelle les agriles adultes viennent s’y coller. (Photo Véronique Demers)

La Ville de Québec a procédé aujourd’hui à l’installation des premiers pièges à agrile du frêne. Une cinquantaine de pièges seront installés cette année pour couvrir le territoire de l’agglomération. Ceux-ci seront sur place jusqu’à la fin du mois d’août et vérifiés deux fois au cours de l’été: vers la mi-juillet et lors du décrochage.

L’agrile du frêne est un insecte nuisible qui peut ravager toute une population de frênes rapidement. Déjà présent dans plusieurs villes du Nord-Est des États-Unis et de l’Ontario, il a été détecté au Québec, dans la région de Gatineau et à Carignan en 2008. Depuis, il s’est répandu sur et autour de l’île de Montréal.

Comme sa présence ne cesse de progresser sur le territoire québécois, la Ville de Québec poursuit chaque année son programme de détection précoce. Plus tôt est détectée la présence de l’insecte, plus grande est la possibilité de ralentir une éventuelle infestation.

Plan d’action municipal

Avec plus de 13 200 frênes publics sur son territoire, la Ville a mis sur pied un plan de préparation à une infestation par l’agrile du frêne. Diverses mesures sont mises de l’avant depuis le printemps 2012, soit la diffusion d'information sur l'agrile du frêne aux citoyens, la formation de dépistage pour les employés et les entrepreneurs qui travaillent sur la forêt urbaine, la réalisation de mesures de détection précoce et la production des analyses nécessaires au déploiement d’un plan de lutte au moment opportun.

Jusqu’à maintenant, la Ville n’a découvert aucun spécimen d’agrile du frêne dans les pièges qu’elle a posés.

Attention au bois de chauffage

L’agrile ne peut voler très loin, mais se propage majoritairement par le transport de produits forestiers. Le déplacement du bois de chauffage, même sur quelques kilomètres, risque de favoriser la propagation de l’agrile du frêne d’une région infestée ou potentiellement infestée vers une région non infestée.

Les citoyens et les gestionnaires de terrains de camping peuvent aider à prévenir une infestation en évitant de transporter du bois de frêne, du bois de chauffage, des billes et des branches ou tout autre type de bois de frêne. Il est préférable d’acheter uniquement du bois de chauffage local et de se renseigner sur sa provenance avant l’achat.

Pour en savoir plus sur l’agrile du frêne: ville.quebec.qc.ca/agrile

Groupe Québec Hebdo