Sections

Louis-Hébert: les candidats de la CAQ et du PLQ se retirent de la course


Publié le 7 septembre 2017

Louis Sauvageau a retiré sa candidature.

©(Photo TC Media – François Cattapan)

Accablés par des controverses sur leur passé, le candidat du Parti libéral du Québec (PLQ) et celui de la Coalition avenir Québec (CAQ) se sont retirés de l'élection complémentaire de Louis-Hébert, mercredi soir.

Le libéral Éric Tétrault, qui s'est défendu toute la journée face à des allégations de harcèlement psychologique, a finalement jeté l'éponge, en soirée. Le Parti libéral du Québec a confirmé sur Twitter que «M. Éric Tétrault a pris la décision de retirer sa candidature».

Le PLQ a ajouté qu'il ne ferait aucun autre commentaire pour l'instant.

M. Tétrault avait annoncé la nouvelle plus tôt en entrevue au Réseau de l'information (RDI), où il avait tenu à défendre sa réputation, rappelant qu'aucune plainte formelle n'avait été formulée contre lui.

Plus tôt dans la journée, les libéraux s'étaient serré les coudes et avaient choisi d'appuyer leur candidat, qui avait fait l'objet d'un rapport pour harcèlement alors qu'il était directeur des affaires publiques à la minière ArcelorMittal en 2014.

Selon le rapport commandé par la haute direction d'ArcelorMittal, M. Tétrault aurait eu un comportement déplacé envers des femmes, dont il ne se gênait pas pour commenter le physique, et aurait intimidé d'autres employés. De plus, il aurait été à l'origine des congés de maladie d'au moins trois employés.

M. Tétrault s'était excusé à ces personnes, mais pendant la journée, il semblait toujours prêt à défendre les couleurs libérales pour l'élection. Il disait avoir toujours la confiance du premier ministre Philippe Couillard.

Plus tôt en soirée, c'était le candidat de la CAQ qui annonçait son retrait lui aussi pour son passé controversé. 

Avant de se porter candidat pour la CAQ, Normand Sauvageau aurait eu des problèmes de relations de travail, alors qu'il était à la Banque Scotia. Il a pris sa retraite en 2016, un départ «prématuré» , a-t-il écrit dans une déclaration transmise aux médias, effectué dans des circonstances «difficiles», qu'il n'a pas précisées.

Il n'avait pas mentionné ces faits à la direction du parti, une «erreur», convient M. Sauvageau.

Sur Twitter, le chef de la CAQ, François Legault, a déclaré qu'il «a agi dès (qu'il a) su». «Je procéderai à l'annonce d'une nouvelle candidature sous peu», a-t-il écrit.

Mauvais départ

Rappelons que M. Tétrault a connu un début de campagne difficile dans Louis-Hébert. Avant même que l'élection partielle ne soit déclenchée, il s'est fait attaquer sur son intégrité.

Il s'est aussi fait reprocher le fait qu'il n'habite pas le comté de Louis-Hébert, dans la région de Québec, mais plutôt la Rive-Sud de Montréal.

Éric Tétrault se trouvait dans la loge de Lino Zambito avec l'ex-ministre Nathalie Normandeau à un concert de Céline Dion en 2008, un événement révélé par la commission Charbonneau. M. Tétrault, qui était dans les officines libérales à l'époque, s'était apparemment fait donner des billets par M. Zambito, l'ex-entrepreneur en construction condamné pour fraude.

M. Tétrault a été interrogé par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) dans le cadre d'une enquête sur le financement politique.

Il a assuré ne plus entretenir de liens avec l’ex-ministre fédéral Alfonso Gagliano, dont il a été le porte-parole, et l’ex-maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitaille.

Ancien président de Manufacturiers et exportateurs du Québec, M. Tétrault a été chef de cabinet du ministre de la Sécurité publique, Jacques Dupuis, dans le gouvernement libéral de Jean Charest.

Le PQ et QS critiquent le PLQ et la CAQ

Le chef du Parti québécois, Jean François Lisée, a demandé au PLQ et à la CAQ d'expliquer «pourquoi ils n’ont pas été en mesure de trouver des candidats méritant le respect des électeurs, alors qu’ils ont eu six mois pour le faire».

«La désignation de ces candidats, puis leur retrait, tout cela doit être vu par les électeurs de Louis-Hébert comme un grave manque de respect envers eux», a-t-il ajouté.

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a qualifié les deux partis de «blanc bonnet, bonnet blanc».

«À force de recruter dans les mêmes milieux, les deux partis se retrouvent avec les mêmes problèmes. La confiance aveugle de la CAQ et du PLQ envers les hautes sphères du milieu des affaires et leur foi absolue envers les grands patrons et les banquiers les empêchent de voir l'essentiel et de poser les bonnes questions à leurs candidats», a-t-elle déclaré dans un communiqué qui a été envoyé avant l'annonce de M. Tétrault.

L'élection partielle dans la circonscription de Louis-Hébert se tiendra le 2 octobre.