Sections

Allégation de harcèlement psychologique: les libéraux appuient Tétrault


Publié le 6 septembre 2017

Éric Tétrault tente de succéder à Sam Hamad comme député du PLQ dans Louis-Hébert.

©(Photo TC Media – François Cattapan)

Les libéraux se sont serré les coudes, mercredi, et ont continué d'appuyer leur candidat dans Louis-Hébert, Éric Tétrault, malgré les allégations de harcèlement psychologique qui pèsent contre lui. 

M. Tétrault a fait l'objet d'un rapport pour harcèlement psychologique alors qu'il était directeur des affaires publiques à ArcelorMittal en 2014, a révélé le quotidien La Presse, mercredi.

Ce dernier a reconnu ses torts en début de journée sur les ondes de Radio-Canada et du FM93, affirmant vouloir demeurer candidat pour le Parti libéral du Québec (PLQ). Il s'est défendu en disant qu'aucune plainte formelle n'avait été retenue contre lui à la suite de l'enquête.

Selon le rapport commandé par ArcelorMittal, M. Tétrault aurait eu un comportement déplacé envers des femmes, dont il ne se gênait pas pour commenter le physique, et aurait intimidé d'autres employés, alors qu’il était directeur des affaires publiques au sein de l’entreprise. Il aurait été à l'origine des congés de maladie d'au moins trois employés.

Éric Tétrault a présenté ses excuses mercredi, après avoir reconnu avoir eu un comportement inacceptable. Il a dit avoir été «abrasif», un peu «carré» avec ses employés. Il a rappelé qu'à l'époque, les cadres d'ArcelorMittal étaient sous pression, et qu'il avait commis la «faute commune» de «transférer» la pression sur ses employés. 

La ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, s'est dite «très à l'aise» avec la candidature de M. Tétrault, le qualifiant de «bon candidat».

D'autres ministres se sont dits satisfaits des explications de M. Tétrault et ont vite passé l'éponge. «La vie continue», a déclaré la ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, en soulignant que «personne n'est parfait».

Par ailleurs, le candidat dit avoir l'appui du premier ministre Philippe Couillard. Il a affirmé avoir discuté de la situation avec le chef du gouvernement mardi soir. L'attaché de presse de M. Couillard, Harold Fortin, n'a pas voulu commenter l'affaire.  

Mauvais départ

Rappelons que M. Tétrault a connu un début de campagne difficile dans Louis-Hébert. Avant même que l'élection partielle ne soit déclenchée, il s'est fait attaquer sur son intégrité.

Éric Tétrault se trouvait dans la loge de Lino Zambito avec l'ex-ministre Nathalie Normandeau à un concert de Céline Dion en 2008, un événement révélé par la commission Charbonneau. M. Tétrault, qui était dans les officines libérales à l'époque, s'était aussi apparemment fait donner des billets par M. Zambito, l'ex-entrepreneur en construction condamné pour fraude.

M. Tétrault a été interrogé par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) dans le cadre d'une enquête sur le financement politique.

La Coalition avenir Québec (CAQ) en a fait sa première ligne d'attaque et le gouvernement a fait bloc pour protéger son candidat.

Ancien président de Manufacturiers et exportateurs du Québec, M. Tétrault a aussi été chef de cabinet du ministre de la Sécurité publique, Jacques Dupuis, dans le gouvernement libéral de Jean Charest.

L'opposition à Québec réagit

Si M. Tétrault s'était présenté pour la CAQ, il aurait été soumis à une «enquête approfondie», a affirmé le député caquiste André Spénard, qui jure que la candidature «n'aurait pas passé».

«On reconnaît le Parti libéral qui nomme les amis du parti, sans autre forme de procès, a-t-il dit. Je pense qu'on devrait fouiller un peu plus. Ça demeure un ami du parti, ça demeure un ami de l'ère Charest et ça, ça suit toujours le boulet au pied de M. Couillard.»

De son côté, le député du Parti québécois (PQ) Pascal Bérubé invite les électeurs de Louis-Hébert à faire un choix «éclairé».

«Ce que l'on retient, c'est que c'est la meilleure candidature qu'ils ont trouvée. Alors, ça dit déjà quelque chose, et en plus, la CAQ souhaitait aussi cette candidature, alors double manque de jugement», a-t-il soutenu en entrevue téléphonique. 

L'élection partielle dans la circonscription de Louis-Hébert, dans la région de Québec, se tiendra le 2 octobre.

Caroline Plante, La Presse canadienne