Sections

Sylvie Asselin dénonce les «sauveuses» de Louis-Hébert


Publié le 19 septembre 2017

Sylvie Asselin, candidate du PCQ pour la partielle dans Louis-Hébert. (Photo TC Media – Archives)

ÉLECTION PARTIELLE. D’une élection à l’autre, estime la candidate du Parti conservateur du Québec (PCQ) Sylvie Asselin, le cynisme des gens augmente face aux politiciens, car les promesses fusent en campagne et tardent à arriver après l’élection. On fait planer de beaux projets qui font rêver les utilisateurs et tout cela pour avoir des votes.

Elle rappelle que Geneviève Guilbault, candidate dans la partielle de Louis-Hébert pour la CAQ, a mentionné que le problème de congestion à l’entrée des ponts perdure depuis trop longtemps. «Mme Guilbault dit qu’elle va talonner le gouvernement pour que le projet se concrétise enfin. Mais si cela traîne depuis 2014, comme elle le dit, où était donc la CAQ pendant tout ce temps?», demande Sylvie Asselin.

À son avis, la partielle de Louis-Hébert donne libre cours à des promesses plus grandes que nature et qui semblent «fraîchement tirées d’un livre de Walt Disney pour endormir les électeurs».

Mme Asselin met en doute la synchronicité déconcertante des deux candidates «sauveuses» dans cette partielle, qui s’engagent à solutionner les problèmes de congestion routière, et ce, dans la prochaine année. «Même Sam Hamad, un poids lourd libéral avec toute son expérience, n’a jamais été en mesure de le faire et maintenant son ancienne attachée politique veut nous faire croire qu’elle fera mieux? Il ne faudrait pas prendre les électeurs de Louis-Hébert pour des idiots», conclut la candidate du PCQ.

TC Media