Sections

Refuge SaBri: Un futur refuge pour chats sans euthanasie


Publié le 24 juillet 2017

Brigitte Goulet et Sandra Lessard

©(Photo gracieuseté)

CHATS. Un nouveau refuge pour chats fera bientôt son apparition au 90, rue de Chasseforêt, à Beauport. Poussées par leur amour des animaux, Sandra Lessard et Brigitte Goulet ont décidé d'ouvrir un endroit qui permettrait d'offrir une deuxième vie à des animaux abandonnés.

Le refuge SaBri aura un permis de 14 chats du Ministère  de l'agriculture, des pêcheries et de l'alimentation (MAPAQ). «Passé 14, cela devient un peu plus compliqué, avec l'obligation de faire une quarantaine, entre autres», explique Sandra Lessard qui aimerait ouvrir ses portes à la fin du mois d'août.

Les installations se trouvent dans la cour de Mme Lessard. Les nouveaux arrivants à quatre pattes qui n'ont pas encore été stérilisés et ceux qui ont des problèmes comportementaux seront en cage, mais tous les autres pensionnaires vivront dans un espace sans cage où ils pourront s'amuser à leur guise.

D'ailleurs, il s'agit d'un refuge sans euthanasie, à moins de graves problèmes de santé qui nécessiteraient des frais de vétérinaires que le refuge serait incapable de payer. «C'était très important pour nous. On est conscient qu'il y a des chats qu'on va avoir plus longtemps», explique Sandra Lessard, elle-même propriétaire de quatre animaux qu'elle a sauvé de l'euthanasie.

Les chats du refuge SaBri seront mis à l'adoption moyennant des coûts entre 175 et 200$. «C'est le prix du marché. Quand tu achètes un chaton à donner, tu dois aller le faire vacciner, stériliser et vermifuger, ça revient à peu près au même tarif. Quand tu adoptes un chat chez nous, tu sais que son carnet de santé est à jour», explique-t-elle.

Les propriétaires de l'endroit attendent de faire une vente de garage, qui aura lieu le 29 juillet, avant d'aménager le local d'une superficie de 20 pieds par 24 pieds et procéder à l'ouverture du refuge. La vente sera remise au samedi suivant en cas de pluie.

Il est également possible de faire des dons qui serviront à la nourriture, la litière, les jouets, le vétérinaire, le toilettage, bref, au confort des animaux. Mme Lessard est également intéressée à recevoir des bénévoles, notamment des personnes qui souffrent d'anxiété et que la présence d'animaux pourrait apaiser: «Il y a quelque chose de très thérapeutique quand on s'occupe des chats».

Les propriétaires visent un refuge sans euthanasie où les chats sont en liberté.

©(Photo gracieuseté)

Un forum félin

Sur le site internet du refuge, on retrouve un forum où les gens peuvent se donner des conseils sur leurs chats. Le forum comporte également une section où les propriétaires pourront parler de leurs pensionnaires et afficher des chats perdus ou trouvés.

«Ça fait longtemps que je suis sur les groupes d'animaux sur Facebook, mais il y a beaucoup d'agressivité. Je trouvais que l'énergie ne me correspondait pas vraiment», explique Mme Lessard qui n'aimait pas voir des gens se faire insulter quand ils souhaitaient donner ou vendre leur animal de compagnie. Elle estime toutefois que Facebook est une bonne façon de retrouver le propriétaire d'un animal perdu.