Sections

Des militantes féministes dénoncent les coupes du gouvernement libéral


Publié le 28 avril 2017

Une vingtaine de personnes étaient rassemblées devant la clinique Lacroix au début de la manifestation.

©(Photo TC Media – Prisca Benoit)

MANIFESTATION. Réunis au coin de l'hôpital Saint-Sacrement et de la Clinique médicale privée Lacroix, les groupes de femmes qui participaient à la semaine d'actions des centres de femmes contre l'austérité ont fait savoir leur désaccord par une mise en scène.

«Les plasters ne sont pas des remèdes» pouvait-on lire et entendre sur la bouche des femmes rassemblées aujourd'hui sur l'heure du dîner. La manifestation voulait dénoncer l'austérité qui avait touché le Québec ces dernières années et que les bonbons du dernier budget ne viendront pas combler le creux qui s'est formé.

Aux dires de la responsable des médias, Ariane Gauthier-Tremblay, l'idée n'a pas enchanté le personnel de la clinique médicale, qui a demandé au Service de police de la Ville de Québec d'intervenir. C'est que plusieurs pancartes avaient été piquées sur le terrain à l'avant de la clinique, ainsi que sur les clôtures avoisinantes. Après quelques échanges, le groupe a eu la consigne de quitter les lieux, ce qui s'est fait après quelques allocutions. La marche devait se terminer devant le ministère de la Santé sur le chemin Sainte-Foy.

Le choix d'emplacement n'était pas anodin, note la co-porte-parole de l'action, Isabelle Boily. «On est à côté d'un hôpital où la sortie est placardé d'annonce pour la clinique privée», soulève-t-elle avec ironie. Selon elle, les coupes successives du gouvernement libéral ces dernières années affectent plus particulièrement les femmes et les moins nantis, surtout dans le système de santé. «C'est presque comme s'ils nous ouvraient la porte pour y aller!», note Mme Boily.

Tout au long de la dernière semaine, ce sont 16 centres de femmes qui ont prodigué des actions de sensibilisation à propos des conséquences reliées à l'austérité. À Québec, la vingtaine de personnes réunies venait d'un peu partout à Québec, dont l'Abitibi, le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay, Chaudière-Appalaches, Montréal, Laval et Québec.