Ils ferment boutique sur St-Jean à cause des travaux d’aqueduc

Le café l'AnarChic cherche à déménager


Publié le 20 mars 2017

Le café l'AnarChic fermera ses portes dès demain.

©(Photo TC Media - Prisca Benoit)

COMMERCE. Aux prises avec des problèmes de plomberie et devant les importants travaux qui s'en viennent sur la rue Saint-Jean l'été prochain, le café l'AnarChic a décidé de fermer ses portes le temps de se trouver un nouveau local.

Le café collaboratif l'AnarChic est ouvert depuis un an à peine et doit déjà mettre la clé dans la serrure. Le local subit d'importants problèmes de canalisation qui force les propriétaires à arrêter leurs opérations. «Les plombiers ont tenté de régler le problème, mais ils doivent ouvrir le plancher pour réparer la canalisation», explique la copropriétaire du café, Delphine Fortin.

Cependant, ce qui fait particulièrement mal au café selon la copropriétaire, ce sont les travaux d'aqueduc prévus sur le chemin Sainte-Foy à partir de mai prochain, entre les avenues Cartier et Turnbull.

«Ç'a vraiment été le coup de grâce, a réagi Mme Fortin. Si ce n'était que la plomberie, on aurait fermé trois semaines et on serait revenus. […] On est une jeune compagnie. On ne peut pas se permettre de rester ouvert dans ces conditions.»

Des travaux nécessaires

Le porte-parole de la Ville de Québec, David O'Brien, explique que l'artère doit subir une réfection complète de ses infrastructures. Les travaux à effectuer l'été prochain comprennent les réseaux d'égouts et d'aqueduc, la structure de la chaussée et le pavage. La Ville compte aussi revoir le réaménagement d'espace public proche du centre Lucien-Borne.

Les travaux s'apparentent à ce qui s'est fait sur la Grande-Allée il y a deux ans, explique M. O'Brien. À l'époque, la Ville avait dû bloquer complètement la circulation de cette artère commerciale pour effectuer une réfection complète de l'aqueduc et des égouts pour un montant de 9M$. Les réseaux d'aqueduc de la Grande-Allée et de la rue Saint-Jean comprennent tous les deux des conduites principales reliées au réservoir des plaines d'Abraham qui alimentent plusieurs secteurs de La cité-Limoilou.

Inquiétude des commerçants

La copropriétaire craint la baisse d'achalandage occasionnée par le détour de la circulation et des autobus dans le secteur. «C'est une rue avec beaucoup de commerce de services, a rappelé Mme Fortin. Le manque de stationnement, ça fait peur.» D'autant plus que les locaux à louer s'accumulent dans le secteur, selon elle.

Les propriétaires de l'AnarChic désirent quant à eux déménager dans un nouveau local pour recommencer leurs activités. «Le but ce n'est pas de fermer et d'arrêter les opérations, a clarifié Mme Fortin. On cherche l'endroit plus-que-parfait pour rouvrir.» Les propriétaires privilégient un déménagement dans un secteur proche de l'université ou des cégeps plutôt que le retour dans leur ancien local.

Le café collaboratif était ouvert depuis un an à peine..

©(Photo TC Media - Prisca Benoit)