Anacolor: la qualité de l'air vraiment conforme aux normes ?


Publié le 17 mars 2017

Le laboratoire mobile du ministère de l'Environnement a patrouillé les alentours d'Anacolor pendant cinq jours au cours du mois de septembre. Cette unité analytique à la fine pointe de la technologie effectue, en temps réel et en continu, des mesures de la qualité de l'air.

©(Photo Isabelle Le Maléfan)

RÉSULTATS. L'entreprise de peinture Anacolor a partagé des résultats partiels des tests de qualité d'air effectués par le laboratoire mobile du ministère, récemment, qu'on lui a communiqués. Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) est cependant plus nuancé dans l'ensemble des conclusions.

D'après l'entreprise, ces données sont positives et confirment que l'entreprise est conforme aux normes sur la qualité de l'air. Pourtant, dans le rapport complet du ministère, on peut y lire que ses activités sont responsables de l’augmentation significative de la concentration de certains COV dans l’air ambiant.

Anacolor a partagé cette information, qui est l'une des conclusions du rapport, dans son communiqué:

 «Toutes les concentrations moyennes sur 4 minutes obtenues au cours de ce projet sont inférieures aux normes du RAA (Règlement sur l'assainissement de l'atmosphère). Les concentrations maximales instantanées mesurées en aval de l’entreprise (Anacolor) sont également inférieures aux normes 4 minutes du RAA», peut-on lire.

L'entreprise en a profité pour rappeler l'ajout d'un nouvel épurateur, récemment, ainsi que la soumission au MDDELCC d'une demande de modifications de certificat d’autorisation et attend une conclusion satisfaisante et définitive de la part des autorités compétentes, bien qu'elle mentionne que «il est prévu qu’à très court terme, les experts d’Anacolor, de concert avec ceux du MDDELCC, conduiront une modélisation exhaustive de la dispersion des odeurs afin d’améliorer encore d’avantage la situation, et ce bien que les normes sur la qualité de l’air soient déjà amplement respectées».

Anacolor se dit très satisfaite des résultats de ces tests et s'engage à «réitérer son engagement à mettre tout en oeuvre afin de poursuivre ses activités en harmonie avec son voisinage et les règles applicables». 

Le ministère ne confirme pas qu'Anacolor est aux normes

Le ministère n'a pas souhaité confirmer ces informations par téléphone mais a plutôt transmis l'intégralité du rapport dans lequel on peut y lire les mêmes lignes que celles transmises par Anacolor plus haut.

Mais dans les conclusions du rapport, le ministère  mentionne le contexte de la campagne de prélèvement sur les quelques jours, dont les conditions météorologiques qui ont pu fausser des résultats. Il est fait mention des vents du 1er mars par exemple.

De plus, un paragraphe vient nettement nuancer l'enthousiasme de l'entreprise:

«Des odeurs significatives de peinture et de solvant généralement qualifiées de sucrées ont été perçues en aval de l’entreprise. L’intensité et les caractéristiques des odeurs perçues sont appuyées par les résultats du laboratoire mobile TAGA, démontrant clairement l’influence de l’exploitation de l’entreprise Anacolor sur la qualité de l’air. La stratégie d’évaluation des odeurs et de mesure des COV dans l’air démontre clairement que l’entreprise Anacolor est la source des odeurs sucrées de solvant et de peinture perçues dans le secteur et qu’elle est responsable de l’augmentation significative de la concentration de certains COV dans l’air ambiant», a-t-on spécifié.

 

Rappelons qu'une marche citoyenne pour une meilleure qualité de l'air aura lieu en fin de semaine à Cap-Rouge dans le secteur Cap-Rouge, tout près de l'entreprise Anacolor.