Les organisateurs du Festival contre le racisme dénoncent le travail des policiers de Québec


Publié le 19 février 2017

Une manifestation s'est tenue en marge du Festrival contre le racisme.

©(Photo TC Media - Mathieu Turgeon)

BILAN. Après avoir décrété que la première édition du Festival contre le racisme ait été une expérience positive, les organisateurs ont tenu à dénoncer la «surveillance accrue, voire intrusive» des policiers de Québec, ainsi que les actions entreprises pour procéder à l'arrestation d'un individu lors de la manifestation de samedi.

Lors de cette manifestation, qui a eu lieu à plusieurs endroits dans le Vieux-Québec samedi, un individu a été arrêté par la police de Québec. «Un groupe s’est joint à cette manifestation pacifique et a causé une altercation avec des policiers, vers 14h30, menant à une arrestation. Il s’agit d’un geste isolé. Nous espérons que l’incident ne viendra pas ternir le message véhiculé lors de cette manifestation», avait alors indiqué le porte-parole David Poitras.

Les organisateurs ont souhaité dénoncer l'arrestation de l'individu en question. «Le Festival dénonce l’arrestation violente d’une personne lors de la manifestation familiale. Le manque de contrôle de certains agents se sera finalement soldé par une arrestation extrêmement violente et arbitraire, basée sur du profilage, si l’on en croit le communiqué émis par le SPVQ,  dans une manifestation paisible et familiale à laquelle participaient de nombreux enfants en bas âge.»

Ces derniers ont aussi tenu à exprimer leurs inquiétudes quant à la présence policière à Québec, depuis les attentats du 29 janvier dernier. «L’organisation déplore l’omniprésence du SPVQ à plusieurs moments lors du festival et son attitude paternaliste lors de nombreuses visites sur les lieux et dans les salles de spectacles», expliquent-ils.

(Photo tirée de Facebook - Festival contre le racisme)

Bilan positif

Selon le porte-parole, Nikolas Villamarin, l'expérience a tout de même été une véritable réussite. «Pour une première édition, on ne peut qu’être satisfaits et satisfaites. Dès le début de ce projet, nous n’avions aucune idée de l’ampleur que ce dernier prendrait. Cette réponse favorable, tant au niveau des artistes que de la participation en général, est pour nous un indice que les luttes antiracistes vont continuer dans la Ville au-delà de cette fin de semaine.»

La première édition du Festival contre le racisme s'est tenue du 16 au 18 février et «aura permis de rassembler plusieurs centaines de personnes, à travers ses différents événements dans la Capitale, afin de dénoncer le racisme, l’intolérance et la haine.»

Durant les trois jours, les participants auront notamment pu «assister au lancement du documentaire Corps en mouvement, participer à un atelier de discussion et assister à la prestation de plus de 14 groupes et artistes qui auront pris la scène.»

TC Media