Le pape nomme deux nouveaux saints de Québec


Publié le 3 avril 2014

RELIGION – Le pape François a signé, jeudi 3 avril, un décret validant la canonisation de François de Laval et de Marie de l’Incarnation. Ces deux figures marquantes de l'histoire du Québec deviennent les deux premiers saints de la ville de Québec.

«Deux nouveaux saints à Québec, la joie est évidente dans nos cœurs et sur nos visages. Dorénavant, ils seront connus comme Saint François de Laval et Sainte Marie de l'Incarnation. Mon cœur palpite juste à nommer pour ces premières fois ces deux grandes personnes de chez nous», confie avec émotion Mgr Lacroix.

Ces deux missionnaires français ont participé à l'évangélisation en Amérique du Nord. Pour accorder cette canonisation, le pape François a outrepassé l'étape d'un miracle prouvé. Il avait utilisé la même procédure l'an passé pour Jean XXIII.

Mgr François de Montmorency-Laval, dont l'université porte son nom, a été le premier évêque de Québec et le fondateur du séminaire de la ville. «De par sa vie, ses réalisations et son rayonnement, François de Laval était de toute évidence un homme d’envergure, audacieux et précurseur. C’est une très grande fierté pour l’Université Laval, et aussi pour la Faculté de théologie et de sciences religieuses, de porter le nom de cet homme remarquable désormais saint et, pour l’Université Laval, d’arborer les couleurs – le rouge et or – et les armes de sa famille», déclare le doyen de la Faculté, Gilles Routhier.

«Cette nouvelle arrive comme l'heureuse conclusion des Fêtes du 350e anniversaire de fondation du Séminaire de Québec et comme un extraordinaire complément au jubilé de la paroisse Notre-Dame érigée aussi par Mgr Laval en 1664», souligne l'abbé Roberge.

«François de Montmorency-Laval était un homme de mission, un bâtisseur, un éducateur, une personne engagée et respectée. Grâce à lui, nous poursuivons une longue tradition d’excellence qui nous permet de façonner les meilleurs talents, faire du Collège un milieu de vie stimulant et devenir un lieu de convergence pour éveiller une passion ou encourager la réussite scolaire», affirme le directeur général du Collège François-de-Laval, Marc Dallaire.

Joie et émerveillement

Quant à Mère Marie de l'Incarnation, née Marie Guyart, elle a fondé le couvent des Ursulines au début de Nouvelle-France, en 1639, dans la ville de Québec. Elle a consacré sa vie à l'éducation des jeunes filles. «C'est avec une immense joie et dans l'action de grâce que les Ursulines de l'union canadienne accueillent cette belle nouvelle longuement espérée», témoigne Sr Louise Gosselin, supérieure générale des ursulines de l'Union canadienne.

«C'est encourageant et presque désespérant puisque nous sommes invités à marcher sur les traces de François de Laval, dit avec humour Mgr Couture, archevêque émérite de Québec. Je suis émerveillé de penser à la stature de ces deux saints. Ces deux personnes ont tellement marqué la vie de l'église qu'il ne faut pas attendre qu'un miracle soit connu pour les déclarer saints.

En effet, pour accorder cette canonisation, le pape François a outrepassé l'étape d'un miracle prouvé. Il avait utilisé la même procédure l'an passé pour Jean XXIII.

Une grande célébration se déroulera le 18 mai en après-midi à l'occasion de la messe d'Action de grâce. François de Laval et Marie de l’Incarnation seront officiellement canonisés lors d'une cérémonie qui aura lieu au Vatican, probablement à l'automne prochain, en communion avec le pape François.

Des tombeaux accessibles à la population

Sainte Marie de l’Incarnation : Chapelle du Monastère des Ursulines au 10, rue Donnacona à Québec.

Saint François de Laval : Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec, au 16 rue de Buade, à Québec.

Six saints dans l'église québécoise :

Le frère André

Marguerite Bourgeoys

Marguerite d'Youville

Kateri Tekakwitha

François de Laval

Marie de l’Incarnation

 

À visionner également : Les commentaires de Mgr Couture.

Groupe Québec Hebdo