Décès d'un kayakiste à l'île aux Coudres: Un cours aurait pu sauver cette vie

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le Bureau du coroner vient de présenter les conclusions du rapport de la coroner, Me Andrée Kronström, à la suite de l'investigation tenue pour éclaircir les causes et les circonstances de la noyade de Michel Rousseau dans les eaux du fleuve Saint-Laurent à la hauteur de l'île aux Coudres.

Photo archives

Le 7 août 2010, Michel Rousseau, 40 ans, informe un professeur de voile de Baie-Saint-Paul de son projet de faire le tour de l'île aux Coudres, sur le fleuve Saint-Laurent, avec un kayak artisanal vraisemblablement fabriqué à partir de plans trouvés dans Internet. Le moniteur lui déconseille cette aventure qu'il considère très hasardeuse pour un kayakiste amateur seul. Néanmoins, le lendemain matin, M. Rousseau se rend à Baie-Saint-Paul et met son kayak à l'eau. Il porte une veste de flottaison individuelle mais n'a pas enfilé de vêtement isolant pour le protéger de la température froide du fleuve. Trois jours plus tard, le 11 août, on aperçoit le corps de M. Rousseau qui flotte, le visage immergé, près de Cap-à-l'Aigle. Son kayak est retrouvé dans les jours suivants, échoué contre les pierres de l'île aux Lièvres.

Les résultats des analyses toxicologiques pratiquées par la suite se sont avérés négatifs pour l'alcool, les médicaments et les drogues.

Analyse de la coroner

M. Rousseau a probablement chaviré au cours de son excursion et, incapable de regagner son kayak, s'est noyé. La coroner s'est donc d'abord penchée sur les connaissances de la victime en kayak et en sécurité nautique. Tout indique qu'il était peu expérimenté et qu'il n'avait suivi aucun cours pour ce type d'embarcation et d'activité.

Pourtant, des cours de kayak de mer (KDM) existent et sont dispensés essentiellement par la Fédération québécoise du canot et du kayak (FQCK). Le contenu des cinq formations (KDM I, II, III et IV ainsi que Sécurité et navigation) est accessible sur le site Internet de l'organisme au www.canot-kayak.qc.ca. La participation aux cours KDM I et KDM II a d'ailleurs augmenté de plus de 43% entre 2006 et 2009. Il s'agit d'une bonne nouvelle si l'on considère qu'une sortie en solo est jugée sécuritaire pour les kayakistes ayant suivi le cours KDM II.

La coroner a également fait appel à M. Marc Gilbert, instructeur et pagayeur reconnu par ses pairs et par la FQCK, pour examiner le kayak dans lequel M. Rousseau a pris place le 8 août 2010. Selon M. Gilbert, l'embarcation avait une bonne capacité de flottaison, mais exigeait une maîtrise de la conduite en pression-dépression. Or, ce type de conduite demande un niveau technique confirmé et acquis de même qu'une dextérité de maniement que ne semblait pas posséder M. Rousseau. Le chavirement serait donc davantage relié à l'inexpérience de la victime qu'à la constitution du kayak.

Pistes de solution

Beaucoup trop de pagayeurs s'aventurent encore sur le fleuve et sur les rivières alors qu'ils n'ont pas l'expérience requise. De ses échanges avec divers intervenants concernés par la pratique du kayak de mer, la coroner retient la nécessité d'inciter les adeptes de cette activité à suivre une formation. La FQCK souhaite déjà faire la promotion de ses formations auprès des deux fabricants de canoës et kayaks au Québec ainsi qu'auprès des détaillants en leur remettant du matériel publicitaire. Me Kronström salue cette initiative et ajoute qu'un message préventif devrait être véhiculé notamment par l'entremise des sites Internet portant sur la fabrication d'embarcations nautiques, que les kayakistes de tout acabit sont susceptibles de consulter.

Par ailleurs, Transports Canada dispose d'outils pour encourager les propriétaires d'embarcations à suivre des cours. Les renseignements utiles sont disponibles sur le site Internet de l'organisation, au www.tc.gc.ca, sous la rubrique Kayak de mer. Puisque le fleuve est de juridiction fédérale, une collaboration est souhaitable entre Transports Canada et la FQCK pour accroître les efforts de promotion de la formation pour les activités de pagaie, dont le kayak de mer.

Recommandations

Afin d'assurer la pratique sécuritaire du kayak de mer et d'ainsi protéger la vie humaine, Me Kronström recommande :

à la Fédération québécoise du canot et du kayak (KQCK) de poursuivre ses efforts afin de promouvoir ses cours de formation;

à Transports Canada d'accroître ses efforts pour promouvoir la formation pour les activités de pagaie dont le kayak de mer. À cette fin, Transports Canada devrait travailler en collaboration avec la FQCK;

à la FQCK de tenter de joindre les artisans des différents sites Internet dont les instigateurs des forums de discussion et de les aider à diffuser un message pour accroître la pratique sécuritaire d'activités de pagaie dont le kayak de mer;

aux fabricants de kayaks du Québec, de concert avec la FQCK, d'inciter les adeptes à suivre une formation avant l'utilisation d'un kayak

Source: CNW Telbec

Membre du Groupe Québec Hebdo

Organisations: Fédération québécoise du canot et du kayak, Transports Canada, KQCK Québec Hebdo

Lieux géographiques: Coudres, Baie-Saint-Paul, Cours KDM II Fleuve Saint-Laurent Cap-à-l'Aigle Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires