Et vogue la galère!

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Tribune libre (Photo TC Media - Archives)

Nonobstant les valeurs véhiculées derrière le nouveau cours d’éducation financière proposé par le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, lequel cours sera inclus au programme de cinquième secondaire dès septembre 2017, j’ai l’impression que le ministre roule à un train d’enfer sans analyser les répercussions d’un tel changement sur l’ensemble de la grille-horaire, notamment sur le cours « Monde contemporain » qui se verra amputer de deux unités obligatoires pour faire place au nouveau cours.

Nous assistons à un épisode de jonglerie improvisé où les idées fusent de partout et prennent vite des allures de révélations spontanées qui s’intègrent plus ou moins harmonieusement dans le curriculum des élèves, tel un « éléphant dans un magasin de porcelaine », la réaction de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), qui regroupe quelque 34 000 enseignants, alléguant que le ministre veut faire des élèves de « bons consommateurs, plutôt que des citoyens éclairés ».

Une réplique qui démontre à quel point le fruit n’est pas mûr mais que ce nouveau cours doit passer d’abord par un mécanisme de consultation auprès des enseignants concernés avant d’être implanté prématurément.

Henri Marineau, Québec

Organisations: Fédération autonome

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires